Bras-dessus, bras-dessous !

Officiellement, les relations diplomatiques entre le Maroc et l’entité sioniste sont tout à fait récentes et datent de la fin de 2020, sur incitation du président Trump. Et cela, en contrepartie de la déclaration officielle de Washington que le Sahara occidental est un territoire relevant du royaume chérifien. Or, des relations étroites dans divers domaines ont toujours existé entre les deux Etats.

Il y a eu entre eux une coopération tous azimuts et plus ou moins dissimulée. Elle datait même du règne de Mohamed V.

Ce dernier, père de l’indépendance du Maroc, a été de tout temps un authentique défenseur de ses sujets de confession juive. Il est même parvenu à les protéger quand les Nazis ont débarqué dans son royaume.

Et cela, les juifs de par le monde, et à plus forte raison les Israéliens actuels, ne semblent guère l’oublier de sitôt.
Les relations économiques entre Tel-Aviv et Rabat sont, en effet, à un niveau élevé.

Et alors que les pays arabes continuent de poursuivre le boycott des touristes israéliens, ces derniers n’ont pas cessé de débarquer au royaume chérifien et sont reçus partout à bras ouverts.

En 1992, j’ai assisté parmi notre délégation officielle,en tant que doyen des directeurs de journaux, à l’exposition universelle de Séville, « Expo 92 », en Espagne.

Lors de cette illustre manifestation, réunissant une centaine de pays, la Tunisie était représentée par deux stands. Mais vraiment minables. A ce sujet, quand Ben Ali apprit ces « atrocités », il entra dans une colère indescriptible et révoqua de suite les fonctionnaires qui n’avaient pas été à la hauteur de cette grandiose manifestation internationale civilisationnelle.

A l’hôtel où nous étions descendus, j’ai rencontré à la piscine un groupe d’Israéliens. L’un d’eux m’a avoué qu’avant de débarquer dans l’ancienne Andalousie, ils ont séjourné, en vacances, toute une semaine au Maroc. Donc, les relations dans leurs grandes diversités ont toujours été de mise entre Tel-Aviv et Rabat…

Dans leurs propres options politiques, les monarques chérifiens, et surtout Hassan II, considèrent que l’entité sioniste reste une pièce maîtresse pour eux ; de surcroît, dominatrice dans le puzzle du Proche-Orient, toujours en ébullition.

Et les forces militaires sionistes, ainsi que leur savoir-faire technologique, leur sont des plus précieux, voireplus importants que les dotations qu’ils reçoivent des USA. Tel-Aviv n’a-t-il pas procuré à Rabat le système d’espionnage informatique international de haute voltige « PEGASUS » si contesté par le monde… Et cela lui a permis de mettre sous écoute une pléiade de Chefs d’Etat et de personnalités politiques, y compris étrangères.

Cet Etat (Israël), « sûr de lui et dominateur », selon le Général de Gaulle, n’a-t-il pas vendu, en 2014, quatre drones perfectionnés au Maroc ?Et l’un de ces « gadgets », hautement perfectionné et si coûteux, a été utilisé, il y a près d’un an, pour pulvériser au Sahara Occidental contesté toute une colonne militaire du Polisario en marche.

Doit-on aussi rappeler ici que ce redoutable drone porte le nom de « Héron » et qu’il est conçu et fabriqué par « Israël-Aérospace » ? Il s’agit là d’une arme redoutable pouvant séjourner jusqu’à 45 heures d’affilée dans l’espace en quête de sa proie et voler à une altitude de l’ordre de 45 mille pieds.

Toutefois, les relations israélo-marocaines se sont davantage resserrées au lendemain des accords d’Oslo. Dès lors, rien d’étonnant, suite à la reconnaissance de l’Etat hébreu par un trio supplémentaire des pays du Golfe, de voir Tel-Aviv et Rabat la main dans la main.

D’où, alors, le voyage officiel de trois jours (à partir du 11 juillet passé) au royaume chérifien, une première, du chef d’Etat-major et commandant en chef de l’armée d’occupation sioniste. Il s’agit du lieutenant-général Aviv Kohavi. Donc, le numéro un des armées.

On s’attend aussi à ce que des ministres de grande pointure lui emboîtent le pas. Particulièrement le chef de l’Etat lui-même, après le périple attendu, sinon déjà réalisé, du Premier ministre Ygor Lapid…

Par ailleurs, de tout temps, les officiels marocains ont trouvé une aide appropriée auprès des juifs de par le monde, et cela est dû au secours et à la défense que ces derniers ont trouvé auprès du brave et juste roi Mohamed V, de surcroît, un grand nationaliste de réputation, décédé dans des circonstances douteuses suite à une opération bénigne sur l’oreille.

Quant au concours depuis des décennies des Israéliens, particulièrement dans le domaine militaire, il est bien significatif à maints égards. Dès lors, le tapis rouge est déployé aux pieds de la plus haute autorité militaire sioniste comme cela a été fait, en l’occurrence, pour Aviv Kohavi.

Cela dénote qu’Israël est bel et bien impliqué dans le conflit entre le Maroc et le Polisario, en plus de celui contre les Palestiniens et par contrecoup l’algéro-marocain toujours latent, mais qui peut surgir à n’importe quel moment…

Du reste, l’entité sioniste n’a jamais cessé de porter son concours militaire aussi bien tactique que matériel, hautement sophistiqué, aux décideurs du « Makhzen ». Depuis plusieurs années déjà, les observateurs ont noté que l’armée chérifienne est dotée de plus en plus de matériel offensif provenant de cet ensemble sioniste.

Ne serait-ce qu’au mois de juin dernier, un nouvel accord économique et militaire a été conclu entre le Maroc etIsraël où des gradés marocains et autres séjournent, entre autres, pour des stages de perfectionnement

Quant aux réactions de ce peuple maghrébinmarocain, on n’en entend guère parler…Il est comme amnésié à jamais, laissant leur jeune monarque agir à sa guise… Et contre toute solidarité arabe.

M’hamed BEN YOUSSEF
Tunis-Hebdo du 12/09/2022

Commentaires: