Tunisie : Noureddine Bhiri menace…

Lors d’une déclaration, aujourd’hui mardi 19 juillet 2022, en marge de la comparution ce matin de son chef Rached Ghannouchi devant le Pôle judiciaire antiterroriste, Noureddine Bhiri, a exprimé ses craintes et celle de son parti sur une probable arrestation du leader du mouvement.

Il a déclaré qu’au cas où Ghannouchi venait à être arrêté, il y aura certainement des « réactions » au sein du mouvement et de toute la famille patriotique et démocratique.

Bhiri a de même insisté sur son espoir de voir la justice agir en toute indépendance, d’exprimer son attachement à ce principe et ne craignant nullement la mise à l’écart des 57 juges.

D’autre part, il a fermement critiqué le comité de défense des martyrs Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi, considérant ses positions comme une traîtrise envers le sang des martyrs et d’en faire un motif de chantage politique avec le pouvoir du « coup d’Etat »…

Sur un autre plan, Bhiri a demandé à ce que le ministre de l’Intérieur, Taoufik Charfeddine, ne se mêle plus de la police judiciaire afin de compléter l’enquêter concernant son « enlèvement », précisant qu’il a porté plainte contre ce dernier, la ministre de la Justice, Leïla Jaffel, ainsi que le Président de la République pour les « délits » de complot, de tentative d’enlèvement et d’assassinat, et de séquestration.

Commentaires: