Arrestation de Hamadi Jebali : le MI clarifie

Le MI apporte des éclaircissements sur le dossier Jebali

La porte-parole du ministère de l’Intérieur, Fadhila Khlifi, a précisé, lors d’une conférence de presse tenue ce matin, que le ministère a repéré des opérations financières louches de la part d’activistes au sein de l’association « Nama », ainsi qu’un important flux d’argent au profit de cette association qui ne correspond pas à la nature de ses activités telles que déclarées, cela en plus de soupçons de blanchiment d’argent.

La porte-parole a ajouté que dans un premier temps, trois personnes ont été arrêtées et des ordinateurs, du matériel électronique et des relevés bancaires ont été de même saisis.

Par la suite, plusieurs personnalités ont été inscrites sur la liste des recherchés alors qu’un ancien responsable politique et l’un des fondateurs d’un parti politique est en garde à vue, assurant que cette garde à vue a été effectuée sur la base d’un ordre judiciaire et selon les procédures d’usage.

Ce responsable, a précisé la porte-parole, est l’objet de poursuites judiciaires, ainsi que son gendre qui a montré des signes d’enrichissement abject et où les investigations ont montré de sérieux signes de blanchiment d’argent, cette personne étant actuellement en fuite.

Le ministère public a ordonné, selon la porte-parole du ministère de l’Intérieur, de mettre en garde à vue toute personne suspectée de ces faits avérés.

Commentaires: