Les festivals, locomotive de progrès : Passer à un palier supérieur…

Vue de la conférence

Sous l’égide du ministère des Affaires culturelles et de l’Etablissement National de Promotion des Festivals et des Manifestations Culturelles et Artistiques (ENPFMCA), s’est tenue, les 25, 26 et 27 mai 2022 dans un hôtel de la banlieue nord de Tunis, une conférence, sur le thème « Les festivals, locomotive de progrès », afin de débattre des moyens de faire évoluer nos festivals dans une vision futuriste et pour une meilleure approche dans la gestion de leurs différents volets.

Cette conférence à laquelle ont été invités des directeurs de festivals nationaux et internationaux, des représentants de diverses manifestations étrangères, ainsi que des experts internationaux dans ce secteur, et qui a visé en premier lieu à partager les différentes expériences nationales et internationales dans la gestion artistique et administrative des manifestations culturelles et leur évaluation.

Cela, afin de mettre en place une approche participative englobant les plus importants mécanismes de développement de ce secteur et les moyens de le valoriser. Tout comme l’appel au respect des droits d’auteur et des droits collatéraux, et ce, avec la participation des multiples acteurs culturels.

L’ouverture officielle de cette conférence a été donnée par Mme la ministre des Affaires culturelles, Dr Hayet Guetat Guermazi qui a présenté les grandes lignes de cette conférence, élaborée par le ministère, afin de débattre des modalités de gestion des festivals, de dresser une approche coopérative, tout en tenant compte de leurs dimensions économiques et culturelles.

La nouvelle approche dans la manière de concevoir et de gérer les festivals doit aspirer à bâtir un nouveau concept de gestion visant à améliorer le contenu tout en développant le contenu et améliorer le sapidité des programmes.

Créer la richesse aussi

Un festival c’est aussi l’occasion de créer la richesse, en créant une dynamique locale, et ce, en impliquant plusieurs parties de la société civile, des acteurs économiques de la région, et surtout le privé.

Car, bien des villes ont été connues par leurs festivals, un facteur de développement local, si l’on sait qu’un événement culturel est l’occasion de promouvoir sa région, en y développant le tourisme, en y créant des emplois et en contribuant à engendrer diverses opportunités d’investissement et à différents niveaux…

Durant les trois jours de cette conférence, deux grands axes de discussion ont été proposés aux participants : « Les festivals de musique, programmation et perceptions des projets », le second « Ecosystème des festivals », qui ont touché, entre autres, la gestion des projets, la digitalisation et la communication, et particulièrement la gouvernance.

Sujets qui ont abouti au final à d’intéressantes recommandations qui, si elles viennent à être appliquées, même graduellement, il est certain que nos festivals auront une nouvelle image et de nouveaux contenus en symbiose avec les nouvelles données de la conception d’un projet culturel, de sa gestion et de son rôle économique, sur la base des nouveaux moyens qu’imposent les nouvelles technologies…

Une conférence qui a été d’une extrême utilité pour les participants, responsables régionaux et directeurs de festival, afin de revoir la manière de gérer ces événements, d’en développer la gestion et le contenu, avec l’engagement de poursuivre ce genre de rencontres et de débats pour le bien de la Culture et au profit du citoyen qui a droit à un environnement culturel de qualité.

Commentaires: