Kamel Deguiche : « Des parties cherchent à politiser le sport »

Scènes de chaos hier à la salle de Rades

Les mesures concernant la finale de la Coupe de Tunisie de handball entre l’Espérance ST et le Club Africain, arrêtée au bout de dix minutes de jeu et qui a laissé la place a des scènes de violence inouïes et des affrontements, seront prises ultérieurement.

C’est ce qu’a annoncé, ce jeudi 12 mai, le ministre de la Jeunesse et des Sports, Kamel Deguiche, en marge de la réunion d’urgence tenue au siège de son département au lendemain de incidents ayant émaillé la finale de la coupe de Tunisie de handball et ce, en présence des représentants du comité de gestion de la Fédération tunisienne de handball (FTHB) et du directeur de la Cité Nationale sportive.

« Des parties politiques sont derrière cette situation »

Kamel Deguiche a assuré que « la décision de faire ou non rejouer le match à huis clos sera examinée ultérieurement après collecte des éléments techniques et de toutes les données concernant cette rencontre », soulignant que « la sanction ne doit pas être collective et que personne n’échappera à la punition ».

Il a indiqué que la recrudescence de la violence dans les stades et les salles de sport est principalement due aux opérations de mobilisation anticipant les matches décisifs. Il a, par ailleurs indiqué « qu’il existe des parties politiques qui sont derrière cette situation et qui cherchent à politiser le sport ».

Il a annoncé que le ministère va ouvrir son enquête sur la façon selon laquelle les fumigènes ont été introduits et sur tous les dépassements enregistrés lors de cette rencontre.

Le ministre a révélé que la vague de violence qui a touché récemment le football, le basket-ball, le handball, le volley-ball et même le water-polo, a franchi les lignes rouges, expliquant que des textes législatifs sont prêts pour faire face à ce fléau ».

Des dégâts matériels estimés à 100 mille dinars

De son côté, Tarek Farjaoui, directeur de la Cité nationale sportive, a précisé que les dégâts matériels dus aux actes de violence enregistrées hier ont été estimés à environ 100.000 dinars.

Tout comme Kamel Deguiche, il a indiqué que ces débordements étaient prévisibles compte tenu des campagnes de mobilisation sur les réseaux sociaux et des communiqués publiés par les clubs mettant en garde contre certains intrus dans les rangs de leurs supporters.

Qui a organisé la vente des billets ?

De son côté, le président de la FTHB, Youssef Kortbi, a affirmé que la fédération n’est pas responsable des événements qui se sont produits mercredi dans la salle de Radès », notant que la vente des billets aux supporters de l’Espérance et du Club Africain n’a pas été organisée par la fédération.

Il a annoncé, par ailleurs, que des sanctions seront prises prochainement conformément aux lois en vigueur.

Commentaires: