Tunisie : Des avancées dans les procès des assassinats politiques ?

Des avancées ont-elles été enregistrées dans les procès des assassinats de Chokri Belaid et Mohamed Brahmi ? Selon le Courant populaire, le processus judiciaire de ces deux affaires a affiché « une évolution relative » après le 25 juillet 2021.

Le secrétaire général du Courant Populaire, Zouhair Hamdi a accordé une déclaration à l’agence TAP dans laquelle il a évoqué la possibilité de parvenir à faire éclater la vérité et traduire en justice les personnes impliquées dans ces assassinats.

Lors d’un sit-in organisé, ce mercredi 27 avril 2022, devant le siège du ministère de l’Intérieur pour revendiquer la vérité sur les assassinats politiques, Hamdi a fait état de « progrès » dans le traitement des dossiers en question.

« La nouvelle situation politique dans le pays contribuera à mettre la pression sur le pouvoir judiciaire qui a été longtemps confisqué et mal fonctionné en raison de l’emprise du mouvement Ennahda sur ses structures et juges », a-t-il regretté.

Rappelons que la Chambre criminelle spécialisée dans les affaires terroristes près le Tribunal de Première Instance de Tunis a décidé de reporter l’examen de l’affaire de l’assassinat du martyr Chokri Belaïd au 17 juin prochain. Elle a également décidé de rejeter toutes les demandes de libération des détenus.

La Chambre spécialisée dans les affaires terroristes près le Tribunal de Première Instance de Tunis avait décidé, le 26 novembre, de reporter l’examen de l’affaire de l’assassinat du martyr Chokri Belaïd au 29 mars 2022 « pour compléter certaines investigations et mettre en œuvre les jugements préparatoires ».

Entretemps, le président de la République, a assuré qu’il veillera à lever toute la vérité sur les grosses affaires, les assassinats politiques notamment, qui ont été étouffées et entravées pendant près d’une décennie dont celui de Chokri Belaid.

Le 1er novembre, il avait même déclaré être en possession de plusieurs documents prouvant que plusieurs juges sont corrompus, citant l’exemple d’un juge qui a dissimulé des dossiers dans l’affaire des deux martyrs Chokri Belaid et Mohamed Brahmi.

En référence aux assassinats des martyrs Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi, Kais Saied avait indiqué le 7 février dernier « qu’il y a une partie qui a refusé de remettre à l’équipe de défense des éléments qui représentent des preuves capables de faire la lumière sur ces assassinats ».

Commentaires: