Bochra Belhaj Hmida : « Idéologiquement, Kais Saied est pire qu’Ennahdha »

La pression ne cesse d’augmenter sur le président de la République. Lui qui a décidé récemment de dissoudre le conseil de l’Instance supérieure indépendante des élections (ISIE) et de le remplacer par un autre.

En effet, tous les partis, mais surtout les défenseurs des droits et des libertés ont dénoncé une telle démarche estimant qu’il s’agit d’un coup porté à la démocratie.

C’est dans ce contexte que l’activiste Bochra Belhaj Hmida a tiré à boulets rouges sur le président de la République, estimant qu’il mène le pays vers le chaos et l’inconnu.

S’exprimant au micro d’une radio privée, Belhaj Hmida est allée jusqu’à dire que Saied est, sur le plan idéologique, pire qu’Ennahdha. « Même l’ancien président Marzouki est plus crédible que Kais Saied », a-t-elle encore dit.

L’activiste s’est montrée, dans ce sens, inquiète quant à l’actuelle situation politique du pays, estimant qu’elle devient encore pire que celle marquée par le parlement de 2019.

Le président de la République est actuellement au cœur de la tourmente. Il fait face à une grande opposition politique suite au décret sur l’ISIE.

En effet, en décidant de changer la composition de l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE) et d’amender la loi relative à celle-ci, le président Kais Saied s’est attiré de nombreuses critiques et a été accusé de vouloir prendre le contrôle de l’instance électorale.

La porte-parole associée du Secrétaire général de l’ONU, Eri Kaneko, a réagi à la dernière décision de changer la composition de l’ISIE et d’amender la loi organique relative à celle-ci en adressant une mise en garde.

Vendredi 22 avril 2022, Kais Saied a décidé de modifier la composition de l’ISIE qui sera chargée de l’organisation des prochaines élections.

Le décret-loi n°2022-22 amendant et complétant certaines dispositions de la loi organique n°2012-23 du 20 décembre 20212 relative à l’Instance supérieure indépendante pour les élections, a été publié, vendredi, au JORT n°45 du 22 avril 2022.

Commentaires: