Tunisie : Le Xelo a-t-il été « coulé » par son équipage ?

Le Xelo a coulé le 16 avril dernier à 7 km au large des côtes de Gabes | CP : Associated Press

Le colonel-major Mazri Latif, représentant de la Marine nationale et superviseur général de l’opération d’intervention de lutte contre la pollution marine à Gabès, a apporté de nouveaux éléments au « mystère » du cargo Xelo qui a coulé au large de Gabès, le 16 avril dernier.

Lors d’une conférence de presse où il a confirmé que le Xelo ne contenait aucune trace de gazole alors qu’il devait transporter 750 tonnes de ce carburant, Mazri Latif a également annoncé que les plongeurs de la Marine nationale avaient découvert que « les équipements à la salle des commandes du cargo naufragé avaient été intentionnellement sabotés ».

« Le GPS était détruit par un marteau et les pompes des réservoirs de gazole n’ont pas été utilisées depuis environ une année. Ce navire opère dans les eaux internationales et ses équipages jonglent entre les failles des lois pour échapper au contrôle », expliquant que les membres de l’équipage ont changé à plusieurs reprises leur version des faits.

En attendant de déterminer les causes exactes de ce naufrage, une procédure judiciaire a été entamée par les autorités maritimes tunisiennes pour déterminer la nature de ce naufrage et défendre les intérêts de l’Etat, a fait savoir Latif, soulignant que la Marine nationale a suivi à la trace le parcours de l’embarcation alors qu’elle était encore au niveau du plateau continental.

Aucune trace des 750 tonnes de gazole

Le Xelo, qui a coulé au large des côtes de Gabes, le 16 avril dernier, devait contenir 750 tonnes de gazole. Or, il n’y a aucune trace de ce gazole, comme l’a annoncé, ce vendredi 22 avril 2022 lors d’une conférence de presse, un responsable de la Marine nationale.

Le colonel-major Mazri Latif, représentant de la Marine nationale et superviseur général de l’opération d’intervention de lutte contre la pollution marine à Gabès, a annoncé que le cargo Xelo naufragé au large de Gabès ne contenait pas de gazole.

« Les réservoirs sont remplis d’eau de mer et il n’y a aucune trace des 750 tonnes de gazole », a-t-il déclaré, précisant que les plongeurs n’avaient rien trouvé dans les réservoirs du navire.

Mazri Latif n’a donné aucune explication et n’a donné aucune autre précision sur la question alors qu’on avait annoncé que le Xelo transportait 750 tonnes de gazole. D’où le mystère…

Sur le même tempo, le ministère de l’Environnement a confirmé, aujourd’hui, que le cargo naufragé était vide, écartant tout risque de pollution, après avoir dans un premier temps indiqué que le navire transportait 750 tonnes de gazole.

Il a indiqué dans un communiqué que « le navire Xelo qui a coulé dans le golfe de Gabès ne contient pas de gazole et ses réservoirs sont vides ». « Il ne présente aucun risque de pollution dans l’immédiat ».

Interdiction de voyage

Il faut savoir que la justice a décidé, le 20 avril, d’interdire de voyage l’équipage du Xelo, Cet équipage, composé de quatre Turcs, deux Azerbaïdjanais et un Géorgien avait pu être secouru avant que le Xelo ne coule au large des côtes tunisiennes.

Le Xelo, un navire long de 58 mètres, naviguait sous pavillon équato-guinéen et était parti du port de Damiette en Egypte pour l’île de Malte avec 750 tonnes de carburant, et en raison de très mauvaises conditions météorologiques en mer, il a demandé l’autorisation d’accoster au large de Gabès, à 7 km de la côte, alors que la chambre des moteurs commençait à prendre l’eau.

Autorisation qui lui a été accordée, mais il a vite fait de sombrer, à une profondeur de vingt mètres environ.

Selon la direction du port de Damiette en Egypte, le Xelo n’a pas été accueilli au port en question alors que toutes les données précisaient que ce pétrolier était parti du port en question pour rejoindre Malte.

“Xelo n’est pas parti du port de Damiette en Egypte pour se rendre à Malte”, a insisté le port de Damiette, affirmant ignorer toute information sur ce navire. Cette affirmation vient compliquer davantage l’enquête sur ce navire qui serait en situation irrégulière.

De son côté, Mohamed Karray avait indiqué, lundi dernier, que des enquêtes avaient été menées avec l’équipage dont les membres ont confirmé qu’ils étaient venus d’Egypte vers Malte, soulignant toutefois qu’il y avait une certaine contradiction dans les déclarations d’un certain nombre d’entre eux.

Et de confirmer que les enquêtes sont toujours en cours concernant ce navire qu’il a qualifié de « mystère », ajoutant qu’il disposait d’informations confirmant que le navire avait effectué des opérations de maintenance dans le port de Sfax et passé une période allant jusqu’à à quatre jours avant de pénétrer dans la zone de Gabès.

Commentaires: