Accords pour le rapatriement forcé des migrants tunisiens : Le MAE réagit !

Le MAE a exprimé son étonnement de ces déclarations estimant qu’elles sont dénuées de tout fondement.

Les échos des déclarations de l’ancien député Mehdi Karbai, concernant des accords avec la quasi-totalité des pays européens permettant le rapatriement et, donc, l’expulsion forcée des migrants tunisiens, se font toujours entendre.

Selon Karbai, ces pays européens auront désormais le droit de détenir puis expulser les migrants tunisiens en situation irrégulière en Europe. Les expulsés seront automatiquement soumis à la procédure S17.

Le député avait également pointé du doigt la décision d’interdiction des Tunisiens de voyager vers la Serbie à partir de la Turquie, tout en soulignant le traitement discriminatoire des tunisiens à Belgrade et en Serbie. Dans ce contexte, il s’était étonné du silence du ministère des affaires étrangères en rapport avec cette question.

En réponse, le ministère des affaires étrangères, de la migration et des Tunisiens à l’étranger a exprimé son étonnement de ces déclarations estimant qu’elles sont dénuées de tout fondement.

Soulignant qu’aucun accord n’a été conclu pour le rapatriement forcé des Tunisiens en Europe, le ministère a rappelé que lka protection des Tunisiens à l’étranger, la préservation de leur dignité et la défense de leurs intérêts dans les pays d’accueil demeurent « une priorité absolue dans les relations bilatérales avec tous les pays ».

« Dans le cadre du partenariat bilatéral et lors des négociations avec les pays européens, le ministère encourage l’ouverture de canaux légaux pour la migration régulière d’une part, et la création de projets de développement en Tunisie pour générer des emplois aux jeunes, d’autre part », ajoute le communiqué.

Commentaires: