Tunisie : Vers des peines de prison pour lutter contre la fraude scolaire ?

Le ministre de l’Éducation, Fathi Slaouti, a affirmé que le ministère se tient prêt à organiser les examens nationaux et qu’un plan solide pour lutter contre le phénomène de la fraude a été mis en place.

Le département de l’Education a, en outre, décidé d’imposer les sanctions les plus sévères aux personnes impliquées.

Dans une interview accordée au journal Assabah dans son édition de ce vendredi 8 avril 2022, Slaouti a ajouté que l’adoption de peines de prison est même examinée par le ministère, à la lumière du phénomène rampant de la fraude. « Ce fléau sévit au sein du cadre des gangs criminels organisés », ajoute-il.

L’année dernière, le directeur des examens au ministère de l’Education, Omar Ouelbeni, avait annoncé un nouveau système de sanctions.

Il avait mis en garde contre la tricherie car en plus des sanctions à l’encontre des candidats individuels, à savoir l’annulation des résultats et l’interdiction d’inscription pouvant aller jusqu’à 5 ans, les candidats commettant des tentatives de fraude seront traduits devant la justice en vertu de la décision publiée le 30 mars 2021 concernant l’amendement des textes organisant l’examen du baccalauréat.

Commentaires: