Quand les autorités implorent les Tunisiens à boycotter certains produits !

Des produits de plus en plus chers.

On nous a promis une solution efficace et radicale au problème de la hausse illégale des prix pendant le Ramadan, mais jusque là rien de concret n’a été fait.

Certes les différents département concernés s’activent, à travers les campagnes de contrôle, à absorber l’effet de ce fléau sur le couffin du Tunisien, mais les résultats restent très timides.

Face à cette situation sans issue, le boycott demeure l’ultime solution. Néanmoins, et comme on le sait tous, les Tunisiens ne sont pas de bons élèves en matière de boycott.

D’ailleurs, Mouled après Mouled, et avec une flambée continue des prix du zgougou et les appels sans fin à boycotter ce produit, le citoyen continue de le consommer, le sourire aux lèvres.

Mais cette fois, l’appel au boycott n’a pas pour origine une organisation ou une association. Les autorités elles-mêmes implorent les Tunisiens à balayer d’un revers de main certains produits !

Le directeur général du ministère du Commerce chargé de la supervision de la salle des opérations, Yasser Ben Khelifa, a déclaré que depuis le début du Ramadan, les campagne de contrôle économique se sont intensifiées afin de s’assurer que les prix soient respectés.

La flambée des prix concerne essentiellement certains produits subventionnés, indique le responsable qui a, dans ce sens appelé les citoyens à adopter une politique de boycott.

« Les Tunisiens doivent abandonner et boycotter les produits qui connaissent une forte hausse des prix », a-t-il déclaré, ce mardi 5 avril 2022 sur Mosaique fm. « Le ministère, pour sa part, tente d’imposer la tarification par la force de la loi, avec un grand soutien sécuritaire ».

Et de rappeler le grand nombre d’infractions économiques qui avaient été recensées au cours des deux premiers jours du Ramadan en particulier celles portant sur les denrées alimentaires fraîches.

Le ministère du Commerce a indiqué dans un communiqué paru, hier 4 avril 2022, que les infractions se répartissaient principalement dans les secteurs des légumes, des fruits, des denrées alimentaires et des produits subventionnés.

On indique que 54% de ces violations étaient liées à des pratiques monopolistiques et au non-respect des prix, 44% à des atteintes à la transparence des transactions et 2% à des manipulations de subventions.

Les produits saisis sont comme suit:

– 3073 litres d’huile végétale fortifiée
– 119 quintaux de farine et de semoule subventionnées
– 4400 kg de pommes de terre
– 1700 kg de matériel de poivre
– 598 kg de matériel de tomate
– 142 kg de riz
– 337 kg de sucre subventionné
– 30 tonnes de ciment et 5130 briques

Commentaires: