Tunisie : Rached Ghannouchi devant le ministère public, mardi

Peut être une image de 8 personnes, personnes debout et plein air

Ils sont nombreux à avoir été auditionnés, ce vendredi 1er avril 2022, par l’unité d’enquête dans les crimes terroristes.

Une trentaine de députés dont l’ex-président de l’ARP, Rached Ghannouchi, son deuxième vice-président, Tarek Fetiti, Walid Jalled, Safi Saïd, Noomane El Euch, etc., qui ont tous été auditionnés et pourraient être poursuivis pour complot contre la sûreté de l’Etat.

Mosaïque fm a rapporté, hier soir, que le Tribunal de première instance de Tunis avait ordonné à l’unité d’enquête en question, de mettre en examen, mardi 5 avril, le président du Parlement dissous, Rached Ghannouchi et d’autres députés.

Rached Ghannouchi a d’ailleurs confirmé sur sa page Facebook, avoir répondu à la convocation du ministère public par respect pour la justice tunisienne, malgré sa conviction que les décisions prises par le président de la République Kaïs Saïed soient inconstitutionnelles et illégales.

Peut être une image de 6 personnes, personnes debout et plein air

Pour sa part, le deuxième vice-président de l’Assemblée des représentants du peuple, Tarek Fetiti a indiqué dans une déclaration accordée à l’agence TAP qu’il devrait être auditionné, mardi 5 avril par le ministère public.

Tout comme Rached Ghannouchi, il a comparu devant la brigade antiterroriste pour être interrogé.

Tous ces députés convoqués faisaient partie des 116 députés ayant voté pour un projet de loi annulant les dispositions et les décrets présidentiels annoncés après le 25 juillet.

Ils devraient être soumis à l’ouverture d’une enquête contre pour organisation de bande visant à comploter contre la sûreté de l’Etat.

Le président de la République Kais Saied a annoncé le 30 mars, la dissolution du Parlement après avoir recouru à l’article 72 de la Constitution pour préserver l’unité de l’Etat et la sécurité des Tunisiens.

Le chef de l’Etat a estimé que la tenue d’une plénière à l’ARP suspendue constitue un coup d’Etat avorté, promettant de poursuivre les responsables devant la Justice.

Commentaires: