Le conflit russo-ukrainien va exacerber l’insécurité alimentaire, alerte la BM

En 2011, les prix de certains produits de base, comme le sucre et l’huile, avaient enregistré une hausse considérable en Algérie qui s’était embrasée

La hausse des prix des carburants et des produits alimentaires due à l’invasion de l’Ukraine par la Russie pourrait exacerber les préoccupations existantes en matière de sécurité alimentaire au Moyen-Orient et en Afrique et pourrait conduire à des troubles sociaux croissants, a déclaré Carmen Reinhart, économiste en chef à la Banque mondiale.

« Il y aura des implications importantes pour le Moyen-Orient, l’Afrique, notamment l’Afrique du Nord et l’Afrique subsaharienne, qui sont déjà en situation d’insécurité alimentaire », a ajouté Reinhart dans une interview à Reuters.

« On sait que l’insécurité alimentaire et les émeutes faisaient partie de l’histoire du printemps arabe », a-t-elle, dans ce sens, rappelé.

Dans le même contexte, la Banque mondiale a déclaré le mois dernier, quelques jours après le début de la guerre russo-ukrainienne, que les prix des produits agricoles ont déjà augmenté de 35% en un an et devraient continuer à augmenter, étant donné que la Russie et l’Ukraine sont de grands exportateurs de blé, de maïs, d’orge et d’huile de tournesol.

La Banque a par ailleurs averti que les retombées pourraient être particulièrement graves au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, où des pays comme l’Égypte importent jusqu’à 80% de leur blé d’Ukraine et de Russie.

Commentaires: