Une étudiante tunisienne bloquée en Ukraine : « Nous sommes livrés à nous-mêmes… »

L’invasion russe en Ukraine, hier, jeudi 24 février, a provoqué la panique au sein de nombreux ressortissants étrangers, bloqués dans ce pays dont l’espace aérien a été fermé. La situation semble être chaotique comme le relève France 24, à travers de nombreux témoignages recueillis.

En effet, les grandes villes ukrainienne sont la cible de nombreux bombardements de l’armée russe, les habitants se sont abrités dans des caves ou ont fui en voiture vers la Pologne et la Roumanie.

« Les consulats de Tunisie à Moscou
et en Roumanie injoignables »

Qu’en est-il des ressortissants étrangers bloqués (dont 1500 Tunisiens) après l’invasion russe et la fermeture de l’espace aérien ? Beaucoup d’étudiants tunisiens dont le nombre est évalué à un millier, ont lancé des appels de détresse sur les réseaux sociaux.

Comme cette étudiante en médecine installée à Dnipro, dans le sud de l’Ukriane. Elle témoigne de la situation : « (…) La résidence a aménagé un abri dans la cave du bâtiment, on y est depuis ce matin. Il y a notamment des étudiants palestiniens, koweïtiens et indiens. On a très peur que les bombardements se poursuivent ce soir et les jours à venir« , dit-elle.

Et de poursuivre : « Il y a un responsable désigné pour chaque groupe d’étudiants (…) qui gère l’approvisionnement en nourriture et en eau, il veille à ce qu’on ne manque de rien dans l’abri« .

« Nous sommes livrés à nous-mêmes,
nos pays respectifs nous ont abandonnés »

« Nous sommes bloqués à Dnipro : il y a des checkpoints militaires partout dès qu’on sort du centre-ville, les soldats ukrainiens nous disent de regagner l’abri et d’éviter de circuler dans les rues. Nous avons tenté de rallier par bus, voiture ou train la Roumanie, mais tout a été fermé, y compris l’espace aérien« .

« Nous sommes environ 1500 étudiants étrangers bloqués dans la résidence. Nous avons peur. Nous sommes livrés à nous-mêmes, nos pays respectifs nous ont abandonnés. Les responsables de nos groupes ont dit que la situation allait sûrement empirer. Nous n’étions pas préparés à cela« .

Selon Tarek Aloui, président de l’association de la communauté tunisienne en Ukraine, la situation est très préoccupante. Il affirme que beaucoup de Tunisiens l’ont contacté pour lui dire qu’ils souhaitaient être évacués le plus vite possible de l’Ukraine.

Un avion envoyé en Roumanie pour rapatrier
le premier contingent de Tunisiens bloqués en Ukraine

La situation évolue puisqu’un premier avion a été envoyé à Bucarest, en Roumanie pour rapatrier le premier contingent de Tunisiens bloqués en Ukraine, qui, depuis, ont été transférés vers la capitale roumaine.

A ce titre, le ministre des Affaires étrangères Othmane Jerandi, s’est réuni, hier avec l’ambassadeur d’Ukraine à Tunis Volodymyr Khomanets, l’ambassadeur de Pologne Lidia Milka Wieczorkiewicz et le chargé d’Affaires à l’ambassade de Roumanie Constantin Tudor.

Le rapatriement des Tunisiens bloqués en Ukraine a été évoqué et le ministre a appelé les diplomates à coordonner avec les autorités de leurs pays en vue de faciliter le passage des ressortissants tunisiens par des couloirs sécurisés en Ukraine vers les postes frontaliers avec la Pologne et la Roumanie.

Il a également appelé à prendre les mesures nécessaires pour leur permettre d’entrer sur les territoires polonais et roumain afin de pouvoir être évacués à bord des vols prévus par la Tunisie à cet effet.

Commentaires: