Bouden Meter : Un bilan décevant pour la Kasbah

La première cheffe du gouvernement de l’histoire de la Tunisie ne semble pas enjôler. Quatre mois après sa nomination, Najla Bouden n’a que deux discours de quelques minutes et des dizaines de promesses restées lettre morte.

Lors d’une conférence presse organisée ce mardi 22 février 2022, l’organisation I Watch a présenté les résultats de Bouden Meter. Ce dernier suit, depuis quatre mois, l’étendue de la mise en œuvre des promesses faites par la cheffe du gouvernement.

Les résultats ne sont pas probants : 0% des promesses faites par Bouden ont été réellement réalisées !

Ces promesses concernent essentiellement le secteur de la gouvernance et de la lutte contre la corruption (10), le secteur économique (3) et le secteur social (4).

Au total, huit promesses sont en cours de réalisation, 7 n’ont pas été réalisées tandis que deux promesses ont été considérées par l’ONG comme non-réalisables.

Gouvernance et lutte contre la corruption

Pour I Watch, Najla Bouden a échoué à réaliser la majorité des promesses. Youssef Belgacem, coordinateur de projets au sein de l’organisation, a estimé qu’on ne peut pas parler de lutte contre la corruption en l’absence d’une stratégie claire et avec la fermeture continue de l’Instance nationale de lutte contre la corruption (INLUCC).

Il a expliqué, lors de la conférence, que l’INLUCC s’est lancée dans la préparation de sa stratégie pour la période 2022-2026, mais que ce processus avait été suspendu depuis la nomination de Bouden.

Cette dernière n’a également fait preuve d’aucune volonté à lutter contre ce fléau. Une volonté qui pourrait se traduire en la publication de décrets et de textes de lois, à l’instar de la loi n°46 de l’an 2018 relative à la déclaration des biens et des intérêts.

Volet économique et social

L’échec du gouvernement Bouden se traduit, selon I Watch, dans le dernier rapport publié par l’agence Fitch Rating, qui indique des perspectives négatives pour la Tunisie. « De plus, le gouvernement n’a pas pris d’initiative pour mettre en place des mesures ou des politiques qui pourraient accélérer l’activation de la roue économique ».

Pour ce qui est social, la cheffe du gouvernement n’a pas réussi à améliorer le pouvoir d’achat des citoyens. Au contraire, le document fuité des négociations avec le fonds monétaire international (FMI) prévoit une augmentation du prix des carburants, de l’électricité et du gaz sans planification de hausse des salaires.

L’absence médiatique, un problème majeur de Bouden

Pour l’organisation, la performance de la cheffe du gouvernement est lourdement impactée par son absence médiatique.

« Après plus de 100 jours de sa prise de fonctions, Najla Bouden n’a accordé aucun entretien télévisé ou médiatique », dénonce I Watch, qui a également critiqué l’absence d’une stratégie claire de travail pour chaque ministère et l’interférence entre les prérogatives du président de la République et de la cheffe du gouvernement.

Pour l’ONG, Najla Bouden n’est que l’agence exécutive de la vision et de la stratégie du président Kais Saied.

Commentaires: