Tunisie : Le G7 « profondément préoccupé » par l’annonce de la dissolution du CSM

Les pays du G7 réagissent, à leur tour à l’annonce faite par le président Kais Saied de vouloir dissoudre le Conseil Supérieur de la Magistrature.

Les chefs de mission des ambassades d’Allemagne, du Canada, des Etats-Unis, de France, d’Italie, du Japon, du Royaume-Uni, et de la Délégation de l’Union européenne en Tunisie, ont exprimé leur préoccupation quant à l’appel de Kais Saied à dissoudre le CSM, estimant que cette institution a pour mission d’assurer le bon fonctionnement du système judiciaire et le respect de son indépendance.

Ils réitèrent ainsi leur appel à l’instauration « d’une justice transparente, indépendante et efficace, ainsi que le respect du principe de la séparation des pouvoirs, essentiels au bon fonctionnement d’une démocratie au service du peuple, fondée sur le respect de l’état de droit et des droits et libertés fondamentaux ».

L’Union Européenne et les Etats-Unis ont déjà exprimé leur préoccupation quant aux appels du président de la République à dissoudre le CSM.

Dans une déclaration publiée sur le site de l’ambassade US en Tunisie, le porte-parole du Département d’Etat Ned Price a souligné l’importance d’un pouvoir judiciaire indépendant pour « une démocratie efficace et transparente ».

Selon lui, il est essentiel que le gouvernement tunisien maintienne ses engagements de respecter l’indépendance de la justice telle qu’énoncée dans la Constitution.

A travers Price, les Etats-Unis ont réitéré leur appel à un processus de réforme politique accéléré en Tunisie qui réponde aux aspirations du peuple tunisien et à l’inclusion de diverses voix représentant les partis politiques, la société civile et les syndicats, en particulier dans la consultation nationale.

« En cette période critique, nous exhortons également le gouvernement tunisien à accorder la priorité à la mise en œuvre des réformes économiques nécessaires pour stabiliser la situation financière et relever les défis économiques croissants de la Tunisie », ajoute-il.

Rappelons que la porte-parole du chef de la diplomatie européenne Josep Borrell, Nabila Massrali, s’est exprimée, hier lundi 7 février 2022, sur la question de la dissolution du Conseil Supérieur de la Magistrature.

« L’Union européenne est « préoccupée » par la décision du président Kais Saied de dissoudre le Conseil supérieur de la magistrature et insiste sur « l’importance de l’indépendance judiciaire », a-t-elle annoncé aujourd’hui.

« Nous suivons avec préoccupation l’évolution de la situation en Tunisie, y compris les récentes annonces du président de la République sur la dissolution du Conseil Supérieur de la Magistrature », a indiqué Nabila Massrali.

Commentaires: