Tunisie : L’augmentation du prix de la baguette est-elle inévitable ?

La pénurie de certains produits de base cause déjà d’énormes problèmes. Le secteur de la boulangerie n’est certainement pas à l’abri d’une crise.

Abdelkarim Ben Mahrez, président du Groupement professionnel de l’industrie de la boulangerie et de la pâtisserie de la CONECT, a fait savoir hier, mercredi 2 février 2022, que « la menace de la faim et la pénurie de la semoule commencent à se faire sentir, en plus de la fermeture d’un certain nombre de boulangeries en raison d’une situation catastrophique dans le secteur ».

Le patron du Groupement a ajouté lors de son intervention sur Express fm que « les responsables de l’Etat n’ont malheureusement aucune volonté de réforme », et a estimé que des efforts sont en cours depuis sept ans pour réformer ce secteur, en vain.

 »Toutes les boulangeries des différentes régions de la république fonctionnent de manière instable, en fonction de ce qu’elles peuvent avoir comme quantités de semoule et de farine, ce qui a provoqué une perturbation dans la fourniture de pain aux Tunisiens », ajoute-il, soulignant que si la situation perdure, les propriétaires de boulangeries modernes pourraient être contraints de vendre la baguette à 300 millimes.

Ben Mahrez a appelé le président de la République à tenir une réunion avec la chambre des boulangers et à écouter leurs suggestions, mettant en garde que les monopoleurs cherchent à affamer le peuple tunisien.

Il a expliqué que les problèmes ne concernent pas que les circuits de distribution, et que les matières premières comme la semoule et la farine sont introduites, via la contrebande, en Libye, et a estimé que cela représente un gros dossier de corruption.

Rappelons que dans plusieurs régions du pays, les boulangeries vendent désormais la baguette à 250 et 300 millimes. Une décision unilatérale et illégale adoptée par les commerces « anarchiques ».

C’est à cet effet que Le président de la Chambre nationale des propriétaires de boulangeries, Mohamed Bouanane, avait appelé les citoyens à être vigilants et à faire face aux boulangeries qui proposent la baguette à plus de 190 millimes.

Il avait également appelé les autorités à intensifier les campagnes de contrôle afin de mettre fin à de tels dépassements qui touchent au pouvoir d’achat des Tunisiens.

Et d’ajouter que la loi oblige les boulangeries à mettre une pancarte confirmant au client qu’il s’agit d’une « boulangerie classée », avec des prix fixes pour tous les types de pain.

Commentaires: