Kais Saied, Chokri Belaid, Noureddine Bhiri… : Nouveau dimanche de manifestations

Photo d’archives

Ce dimanche 6 février 2022 s’annonce à haut risque ! Plusieurs partis politiques, associations et organisations nationales comptent manifester dans trois jours dans les rues de la capitale.

Chokri Belaid dans tous les esprits

A commencer par tous ceux qui vont commémorer l’assassinat de Chokri Belaid. Dimanche prochain, des partis politiques, des associations et des organisations nationales vont organiser à la Place des droits de l’Homme à Tunis (avenue Mohamed V), un rassemblement sous le signe de la « Reddition des comptes » et ce, à l’occasion de la commémoration de cet assassinat.

Le 6 février 2013, Chokri Belaid, figure marquante de la gauche, était lâchement abattu de trois balles tirées à bout portant. Neuf après cet assassinat, la Tunisie s’apprête à commémorer la disparition du martyr à l’heure où le procès sur l’assassinat de Chokri Belaid, a été maintes et maintes fois reporté.

D’après le porte-parole du Courant populaire, Mohsen Nabti, « la justice a failli à sa mission au cours des dix dernières années. Elle a omis d’ouvrir les vrais dossiers et de poursuivre les vraies personnes qui devaient rendre des comptes ».

Noureddine Bhiri soutenu par ses compères

Hier, le mouvement Ennahdha a appelé à manifester dimanche prochain à l’avenue Habib Bourguiba, en solidarité avec Noureddine Bhiri et pour exprimer son rejet de ce qu’il a qualifié de violations des droits et libertés.

Ennahdha a, de nouveau, renouvelé sa demande de libération immédiate de Noureddine Bhiri et celle de toutes les personnes détenues de force, et pour contester les infractions des droits et libertés depuis le 25 juillet 2021.

Le mouvement a également accusé l’autorité en place d’être à l’origine de la détérioration des conditions de vie des Tunisien, de la vague de hausse des prix, du retard dans le versement des salaires des employés du secteur public, et de « l’absence totale du gouvernement ».

Le mouvement a également appelé à mettre fin à la situation exceptionnelle, à reprendre la vie démocratique sous la légitimité constitutionnelle et à ouvrir un dialogue national global qui réalise la stabilité politique et gouvernementale, devenue incontournable.

« Citoyens contre le coup d’Etat » et contre Kais Saied

De leur côté, les membres de la campagne « Citoyens contre le coup d’Etat » ont appelé à une manifestation, dimanche à l’Avenue Habib Bourguiba, pour protester contre ce qu’ils qualifient de « graves violations des droits et libertés » et contre « la détention forcée du député, et ancien ministre Noureddine Bhiri ».

Dans une déclaration accordée mercredi à l’agence TAP, ils expliquent que cette action exprime, également, le refus du « coups d’Etat » et dénonce les « persécutions sécuritaires » contre des activistes et des bloggeurs.

Ce mouvement a pour objectif, aussi, de soutenir le Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM) et à condamner le harcèlement des juges et les atteintes à l’indépendance de la Justice.

Commentaires: