Tunisie : Archives, documents compromettants… le flou sur l’ouverture de cinq municipalités

A Kairouan, les forces de l’ordre se sont rendues compte que dans la nuit du mardi 27 au mercredi 28 juillet 2021, des bureaux de la municipalité de Kairouan ville étaient ouverts.

Après la décision du président de la République de suspendre les activités des collectivités locales pendant deux jours, mardi 27 et mercredi 28 juillet, toutes les municipalités du pays ont fermé leurs portes.

Seulement voilà, certaines municipalités ont ouvert leurs portes pendant des horaires inhabituels, et ce, malgré la décision de fermeture de 48 heures.

Des mouvements « suspects » ont en effet été constatés dans les municipalités de Fouchana (gouvernorat de Ben Arous), Korba (gouvernorat de Nabeul), El Hancha (gouvernorat de Sfax), El Amra (gouvernorat de Sfax) et Kairouan ville.

C’est suite à plusieurs alertes lancées par des citoyens que les autorités sécuritaires ont décidé d’intervenir pour constater que ces municipalités ont ouvert leurs portes soit en fin d’après-midi soit dans la soirée.

Selon Taoufik Yedas, secrétaire général adjoint du syndicat des agents et des cadres de la municipalité de Korba, le maire Faouzi Hjaiej, partisan d’Ennahdha, a emporté avec lui, dans la matinée du mardi 27 juillet, des dossiers et des documents à bord d’un véhicule personnel et d’un autre de fonction en compagnie de son conseiller municipal.

Si les agissements du maire paraissent suspects en tentant peut être de dissimuler des dossiers, la police, alertée, a ouvert une enquête à ce sujet.

A Kairouan, les forces de l’ordre se sont rendues compte que dans la nuit du mardi 27 au mercredi 28 juillet 2021, des bureaux de la municipalité de Kairouan ville étaient ouverts.

Le parquet a entendu le secrétaire général de la municipalité qui s’est engagé, par écrit, à fermer les bureaux, afin de préserver les archives et les documents.

A Fouchana, le maire Noureddine Ben Chrima, a reconnu avoir été présent au siège de sa municipalité en dehors des horaires et justifié sa présence au siège de la municipalité afin de garantir la continuité des services. Dans une déclaration à Mosaique fm, il a, par ailleurs, démenti avoir été arrêté.

Il a également tenu à rappeler que la décision du président de la République de suspendre le travail des collectivités locales et des établissements publics pour deux jours, n’interdit pas aux maires de continuer leur travail d’une façon ordinaire.

A El Amra, des documents municipaux ont été retrouvés brûlés, selon une source municipale et la police a ouvert une enquête à ce sujet.

Pour l’heure, beaucoup de flou entoure l’ouverture de ces cinq municipalités alors que le Chef de l’Etat avait expressément décidé de fermer pendant deux jours tous les établissements publics et collectivités locales pour des raisons de sécurité et afin de préserver des archives qui pourraient être compromettantes pour certains.

Les enquêtes ouvertes sont toujours en cours ! Affaire à suivre…

Commentaires:

Commentez...