Fitch Ratings : Les décisions de Kais Saied pourraient entraver la conclusion d’un accord avec le FMI

Fitch Ratings

L’agence de notation Fitch Ratings a déclaré que la décision du président de la République, Kais Saied, de geler tous les pouvoirs du Parlement, de lever l’immunité de tous les députés et de limoger le Chef du gouvernement, pourrait entraver la possibilité d’atteindre un accord avec le Fonds monétaire international (FMI).

Les décisions de Saied affecteront également négativement la volonté des partenaires occidentaux de soutenir la Tunisie, selon l’agence qui a estimé que la préoccupation européenne pour l’immigration en Méditerranée restera toutefois une motivation importante pour fournir un soutien extérieur.

Dans une note d’évaluation de la situation en Tunisie, Fitch Ratings a considéré que les perspectives de réformes, qui réduiraient le déficit budgétaire, contribueraient à la stabilité de la dette et réduiraient les pressions extérieures sur la liquidité.

« La fragilité de l’alliance parlementaire et les tensions entre les acteurs politiques les plus importants et l’opposition sociale, y compris l’opposition du mouvement syndical, à des mesures concrètes de contrôle du budget ont contribué à compliquer les efforts pour obtenir le soutien du FMI », ajoute-t-on.

« Les récentes décisions du Président de la République soulèvent de nombreuses inquiétudes politiques, mais nous pensons qu’il est peu probable que le Président use de ses pouvoirs pour prendre des décisions difficiles, comme une réduction significative du masse des salaires dans le secteur public car une telle décision ne recevra pas de réponse populaire et pourrait entraîner des tensions sociales à son encontre. »

Fitch Ratings a indiqué que la dégradation du la note souveraine de la Tunisie à B- avec des perspectives négatives, en juillet 2021, reflète l’augmentation des risques de liquidité financière et extérieure compte tenu du retard observé dans la conclusion de l’accord avec le FMI.

Il a souligné que l’échec à conclure un accord avec le Fonds monétaire international entraînera une dépendance continue vis-à-vis des finances nationales et augmentera les pressions sur les liquidités internationales.

Commentaires:

Commentez...