Tunisie : Samir El Wafi interdit de voyage suite à une nouvelle affaire d’escroquerie

L’animateur Samir El Wafi, a été interdit de voyage, ce jeudi 20 mai 2021, après avoir été auditionné, par le juge d’instruction du Tribunal de première instance de Tunis.

Samir El Wafi a été convoqué dans le cadre d’une affaire d’escroquerie suite à une nouvelle plainte, rapportent nos collègues de Business News

Samir El Wafi qui n’en est pas à sa première affaire, fait l’objet depuis plusieurs années, de plaintes régulières pour blanchiment d’argent, racket ou extorsion.

En février 2019, il avait été condamné à 16 mois de prison ferme pour blanchiment d’argent et escroquerie. Il n’était pas allé en prison ayant déjà purgé sa peine dans l’affaire pour laquelle il avait été condamné.

Il avait fait l’objet d’une plainte déposée par la veuve d’un homme d’affaires l’accusant d’escroquerie d’un montant de 800 mille dinars en contrepartie de l’intervention du journaliste auprès de parties officielles afin d’obtenir un permis de vente et distribution d’alcool.

Il avait été incarcéré le 19 juin 2017 dans le cadre de cette affaire, puis libéré le 4 octobre 2018 avant la tenue du procès.

En 2015, le journaliste a été jugé dans une affaire pour laquelle il était accusé d’escroquerie par l’homme d’affaires Hamadi Touil et avait été condamné à 8 mois de prison ferme par la chambre criminelle auprès de la cour d’Appel de Tunis.

Un mandat de dépôt avait été émis à son encontre, en avril 2015 avant d’être placé en état d’arrestation jusqu’à son procès.

L’affaire dont il était accusé est en rapport avec la plainte déposée par l’homme d’affaires Hamadi Touil pour chantage et escroquerie. Il avait été confronté à plusieurs personnes dans le cadre de cette affaire, notamment Samir Ketari, conseiller de l’ancien ministre des Domaines de l’Etat, Slim Ben Hmidene, et la femme et la fille de l’homme d’affaires Hamadi Touil.

En novembre 2017, une enquête a été ouverte à l’encontre de Samir El Wafi. Un courrier avait été envoyé par la Commission tunisienne des analyses financières (Ctaf).

Le journaliste était également accusé dans une autre affaire d’escroquerie et aurait arnaqué un homme d’affaires de la somme de 63 mille dinars qui souhaitait ouvrir une boîte de production.

Commentaires:

Commentez...