La demande de libération de Sami Fehri acceptée sous caution


La Chambre pénale en charge des affaires de corruption financière à la Cour d’appel de Tunis a accepté, ce jeudi 29 avril, la demande de libération de Sami Fehri, patron de la chaîne El Hiwar Ettounsi, sous une caution d’un montant de quatre millions de dinars.

C’est Habib Torkhani, adjoint du procureur de la République audit tribunal qui a confirmé ces informations.

La même Chambre a décidé de reporter l’examen de l’affaire des contrats de publicité entre Cactus prod et l’Etablissement de la télévision tunisienne au 6 mai 2021, rapporte dans ce sens Mosaïque FM.

Le tribunal de première instance de Tunis avait ordonné la publication d’un mandat de recherche contre lui dans le cadre de la procédure pénale le visant et relative au verdict le condamnant à huit ans de prison ferme concernant l’affaire des contrats publicitaires entre Cactus Prod et la télévision nationale.

La chambre criminelle près du Tribunal de première instance de Tunis a condamné le propriétaire de la chaine Al-Hiwar Ettounsi Sami Fehri à 8 ans de prison avec exécution immédiate. Pour sa part, le beau-frère de l’ancien président, Belhassen Trabelsi, a été condamné à 10 ans.

Dans le cadre de l’affaire relative aux contrats publicitaires entre Cactus Prod et la télévision nationale, ils ont également ont écopé d’une amende de 40 millions de dinars.

Le tribunal a décidé de ne pas condamner Abdelwaheb Abdallah et cinq anciens directeurs généraux de la télévision nationale, en vertu de la loi de réconciliation administrative.

Rappelons que cette affaire, ouverte depuis 2011, concerne des dépassements commis par « Cactus Prod » sous l’ancien régime ayant notamment causé de grosses pertes financières à la Télévision Nationale.

Plusieurs personnes sont accusées dans cette affaire : le présentateur Sami Fehri, l’ancien ministre-conseiller auprès de l’ex-président Ben Ali, Abdelwaheb Abdallah et cinq anciens directeurs généraux de l’établissement de la télévision tunisienne (ETT).

Commentaires:

Commentez...