Tunisie : Le président de la HAICA comparaît devant la police judiciaire de Zaghouan

Le président de la Haute autorité indépendante pour la communication audiovisuelle (HAICA), Nouri Lejmi, ainsi que deux observateurs de l’unité de monitoring relevant de l’instance, comparaissent, ce lundi 26 avril 2021 devant la police judiciaire de Zaghouan suite à une plainte déposée par le député Said Jaziri, propriétaire de la radio « Quran Karim ».

Le président de la HAICA fait face à deux chefs d’accusation de vol et de tentative d’assassinat après la saisie, le 17 mars dernier, du matériel de diffusion de la radio « Quran Karim », qui diffuse sans licence.

Selon l’instance de régulation de l’audiovisuel, cette convocation à comparaître devant la brigade des recherches de Zaghouan est un signe « grave » ayant pour but de porter atteinte aux prérogatives de l’instance et à son rôle de régulation du secteur audiovisuel.

La HAICA rappelle, dans un communiqué que, selon l’article 32 du décret-loi N° 2011-116 du 2 novembre 2011, relatif à la liberté de la communication audiovisuelle, les contrôleurs habilités et assermentés à cet effet procèdent au constat des infractions et dressent les procès verbaux y afférents. Ils ont également la latitude de saisir tout ce qui est nécessaire comme documents et équipements.

La HAICA avait procédé, le 17 mars dernier, à la confiscation du matériel de diffusion de la chaîne de radio « Quran Karim » pour diffusion sans licence suite à une décision de confiscation du matériel de diffusion émise le 25 février 2021.

Des agents assermentés de l’instance, accompagnés d’agents de la police judiciaire, se sont déplacés aux gouvernorats de Zaghouan et Ben Arous pour exécuter la décision de confiscation devant la résistance du propriétaire de la chaîne, Said Jaziri.

Ce jour-là, les procédures de confiscation du matériel de diffusion de la radio n’avaient pu être achevées mais le matériel de diffusion installé à Djebel Zaghouan avait été saisi.

Toutefois, à Ben Arous, Said Jaziri avait empêché l’opération de confiscation dans la région de Mornag sous prétexte qu’il s’agit de son domicile. De ce fait, l’instance a expliqué que les procédures de confiscation n’ont pu être achevées, « étant donné que Jaziri est un membre du parlement et bénéficie de l’immunité parlementaire ».

Commentaires:

Commentez...