« Jeudi noir » : Youssef Chahed contre-attaque !


Au cœur de la tourmente en raison d’accusations compte tenu d’un « coup d’Etat », l’ancien chef du gouvernement Youssef Chahed a brisé, hier vendredi 2 avril, le silence sur le plateau de Carthage Plus.

En effet, le président fondateur du parti Tahya Tounès a nié toute implication dans un plan de coup d’Etat visant à renverser l’ancien président de la République Feu Beji Caied Essebsi alors qu’il était malade, affirmant qu’au contraire, il était intervenu pour mettre fin aux rumeurs sur son décès le 27 juin 2019.

La polémique a été déclenchée suite à la parution du livre de l’ancien chef de l’Arp, Mohamed Ennaceur dans lequel il avait privilégié cette hypothèse, celle d’un coup d’Etat opéré par Youssef Chahed soutenu par Ennahdha. En effet, dans son livre paru récemment « Deux Républiques, une Tunisie », Mohamed Ennaceur a privilégié l’hypothèse selon laquelle les députés d’Ennahdha et de Tahya Tounes voulaient provoquer une plénière extraordinaire en vue de constater la vacance du pouvoir et le remplacement du défunt président de la République Beji Caid Essebsi par le chef du gouvernement de l’époque, Youssef Chahed.

Sauf que pour Youssef Chahed, il n’en est rien, affirmant que pendant ce jour-là, il n’y avait aucun contact avec Mohamed Ennaceur. « Mohamed Ennaceur était en contact direct avec le ministre de la Défense Abdelkarim Zbidi, ce qui est contraire au protocole « , a-t-il expliqué accusant l’ancien ministre de la Défense Abdelkarim Zbidi d’avoir orchestré cette histoire à des fins électorales.

« Abdelkarim Zbidi avait tenu une réunion ce jeudi entre 13h et 15h au palais de Carthage avec une partie inconnue. Pourquoi a-t-il évoqué cette histoire de coup d’Etat que la veille de la campagne électorale », s’est-il demandé.

L’ancien chef du gouvernement a promis, enfin, de porter plainte contre toute personne impliquée dans la diffusion de ces rumeurs.

Commentaires:

Commentez...