Munis de leurs passeports, les ingénieurs tunisiens revendiquent une émigration collective !


La crise des ingénieurs se poursuit toujours en Tunisie. Alors qu’ils revendiquent une amélioration de leur situation socioprofessionnelle, notamment l’augmentation des salaires et des primes, le gouvernement fait la sourde oreille.

Dans un geste symbolique, plusieurs ingénieurs tunisiens issus de différents gouvernorats ont pris la destination de l’agence tunisienne de la coopération technique pour revendiquer une migration collective.

Munis de leurs passeport, ils ont en effet protesté devant le siège de l’agence précitée contre leurs conditions de travail.

Les ingénieurs des institutions et établissements publics ont entamé une grève de cinq jours, à partir du lundi 29 mars. A l’appel de l’Ordre des ingénieurs, ils s’abstiendront de se rendre sur leurs lieux de travail et suspendront le travail à distance.

Dénonçant le fait que l’ingénieur tunisien soit la seule catégorie professionnelle qui n’a pas bénéficié d’augmentation salariale depuis la révolution, les protestataires réclament des augmentations allant de 450 à 750 dinars.

Commentaires:

Commentez...