Scandaleuses poubelles : Il faut protéger la maison funéraire de la communauté juive

Cette photo a été prise dimanche 14 février à Tunis. Elle représente le seul accès au Dépositoire de la rue Navarin. Comme on peut le voir, l’accès est bloqué par un amoncellement de poubelles.

Ce Dépositoire est le lieu rituel où la communauté juive rend les derniers hommage aux chers disparus et effectue leur toilette funéraire.

Il est absolument inimaginable que des riverains puissent manquer de respect à ce lieu sacré en déposant leurs poubelles devant le portail.

Cet état de fait est lamentable, injustifiable et, disons-le tout haut, simplement criminel.

Et surtout qu’on n’aille pas jeter la pierre aux services municipaux qui en sont réduits à nettoyer quotidiennement toute une ville livrée à un vandalisme endémique.

Il est urgent de trouver une solution immédiate et radicale à cette situation intolérable et insultante pour la communauté juive tunisienne.

Pour éviter ce dépôt de poubelles devant l’accès au funérarium, plusieurs mesures peuvent être envisagées.

1. On pourrait mettre un agent municipal de faction devant l’édifice ou bien barrer l’accès avec des haies qui le protégeraient (comme c’est le cas ailleurs, par exemple devant la cathédrale pour empêcher les passants de s’asseoir sur les marches).

2. On pourrait placer un panneau de stationnement réservé ou interdit. Ceci s’impose d’autant plus qu’à plusieurs reprises, les corbillards n’ont pas pu accéder à la maison funéraire, à cause de voitures indûment garées et qui bloquaient l’unique accès.

Ces mesures sont simples à prendre et le suivi pourra se faire par les services municipaux compétents dont nous saluons les efforts et qui sont mis en échec par la gabegie entretenue par trop de riverains.

Qu’on me permette enfin, au nom de la Ville de Tunis, notre ville, et au nom de tous les citadins responsables, de présenter nos excuses à la communauté juive tunisienne.

Cette profanation permanente doit immédiatement cesser et laisser place au respect et à la convivialité.

Commentaires:

Commentez...