La Libye au bord de la guerre civile : 32 morts, 2200 personnes fuient Tripoli

Illustration

La situation en Libye ne cesse de se détériorer en raison de l’offensive conduite sur Tripoli par le maréchal Khalifa Haftar. Le pays est-il livré à la guerre civile ? C’est en tout cas ce que craint la communauté internationale, dont notamment la Tunisie qui a déjà pris des mesures sécuritaires préventives.

En effet, alors que Haftar et les forces de l’Armée nationale libyenne poursuivent leur offensive vers Tripoli et s’opposent au gouvernement d’union nationale, conduit par Fayez Sarraj, le bilan des morts commence à inquiéter. Depuis le début des combats, 32 morts et des centaines de blessés sont à déplorer.

Dimanche, de violents combats ont encore éclaté à Tripoli lorsque les forces paramilitaires du maréchal Haftar ont mené leurs premiers raids aériens.

Selon les Nations Unies, depuis le 4 avril, 2200 civils ont fui Tripoli et on peut s’attendre à ce nombre augmente. Les agences humanitaires disposent désormais de matériel médical et de médicaments qui permettront de traiter jusqu’à 210.000 personnes pendant trois mois, indique la même source, citée par Reuters.

Ces personnes déplacées pourraient-elles prendre la direction de la Tunisie ? Pour Mustapha Abdelkabir président de l’observatoire tunisien des droits de l’Homme et spécialiste des affaires libyennes, la situation n’est pas inquiétante, le flux des libyens arrivants aux passages frontaliers enregistre une activité normale.

« Il n’y a rien à craindre, la situation est plus que normale au niveau du passage frontalier de Ras Jedir. Ces personnes déplacées se dirigent vers des zones plus calmes et non pas en Tunisie », nous a-t-il expliqué.

Abdelkabir nous a indiqué en revanche que huit ouvriers tunisiens bloqués à Bani Walid en raison des combats ont été transportés vers des lieux sûrs, hier dimanche.

Commentaires:

Commentez...