Lotfi Zitoun : « Je quitterai Ennahdha si on m’interdit de m’exprimer librement »

Le dirigeant à Ennahdha, Lotfi Zitoun, a déclaré, ce vendredi 1er mars, qu’il quitterait le mouvement s’il n’était plus en mesure d’exprimer librement son opinion.

S’exprimant sur Shems fm, il a affirmé l’existence d’une « sorte de restriction sur lui », et lefait est qu’il « n’assiste plus aux réunions des bases du parti ».

Toutefois, Zitoun a assuré qu’il se considère toujours proche du président du mouvement, Rached Ghannouchi, et que tous les deux font la part des choses, entre différends politiques et relations humaines.

Rappelons que dans une interview parue mardi 12 février 2019, sur les colonnes de l’hebdomadaire Acharaa Al-Magharibi, Lotfi Zitoun s’est montré très clair, affirmant qu’Ennahdha exploite la religion dans le cadre d’enjeux politiques.

« Ennahdha doit se consacrer à des projets purement politiques et à la gestion des affaires de l’Etat, et laisser à l’écart tout ce qui porte sur l’activité de société civile, notamment celles à vocation religieuse », a-t-il dit, appelant Ennahdha à libérer l’Islam des enjeux politiques.

« On doit comprendre une fois pour toute, que l’Islam est la propriété du peuple tunisien, même ceux qui ne sont pas musulmans », a-t-il conclu.

En réponse, le président d’Ennahdha, Rached Ghannouchi a déclaré que la divergence d’opinions et la soumission de diverses propositions au sein du parti sont normales.

Dans une déclaration accordée à Jawhara fm, Ghannouchi a assuré qu’Ennahdha accepte et ne rejette jamais ceux qui expriment leur opinion avec respect, en échange de la nécessité de respecter toutes les décisions émanant du mouvement

Commentaires:

Commentez...