En moyenne, chaque touriste n’a rapporté que 140 euros à la Tunisie en 2018 !

CP : Reuters

L’expert financier, Ezzedine Saidane est revenu hier lundi 7 janvier, sur les entrées touristiques et leur contribution dans l’appui des caisses de l’Etat.

A cet effet, l’expert a dressé un bilan négatif sur ces recettes touristiques, précisant qu’en dépit du grand nombre de touristes ayant visité la Tunisie en 2018, les bénéfices et les apports financiers n’ont pas été suffisants.

Saidane a rappelé que les huit millions de touristes annoncés par le ministère du Tourisme, ont rapporté 4 milliards de dinars, tout calcul fait, chaque touriste a rapporté 500 dinars, soit 140 euros, a-t-il dit.

« 140 euros ne suffisent même pas à passer une nuit dans un hôtel en Europe. C’est ce diagnostic que nous devons faire pour dire les vérités. Au Maroc, le touriste rapporte 600 euros, en Guinée il rapporte 900 euros », s’est-il indigné.

L’objectif que s’était fixée la Tunisie avec l’entrée de 8 millions de touristes au cours de l’année 2018, a été atteint si l’on se réfère aux chiffres du ministère du Tourisme. Cette année, la Tunisie aura finalement accueilli 8.299.137 touristes.

Le « All Inclusive », ennemi du tourisme tunisien?

Rappelons-le, dans un article précédent, nous avons montré comment le All-Inclusive porte atteinte au secteur touristique tunisien.

La Tunisie, destination touristique phare de la Méditerranée , a opté dès le début, pendant les années 60, pour un modèle touristique bâti sur la séduction du plus grand nombre de touristes européens, c’est-à-dire le tourisme de masse. Ce modèle s’est nourri, progressivement, des choix stratégiques de l’Etat, mais aussi des négociations entamées avec les grands tour-opérateurs (TO), leaders des marchés touristiques européens.

L’une des facettes de ce modèle touristique de masse, étant le tout inclus, ou le All Inclusive, proposé par la majorité des hôteliers tunisiens. Bien que ce concept ait été, et soit toujours, une première motivation des touristes étrangers optant pour la Tunisie, il commence à montrer ses limites dans une conjoncture touristique internationale toujours en évolution.

Si le All Inclusive désigne une formule de restauration dans le secteur de l’hébergement touristique où tous les frais sont déjà inclus dans le prix, hébergement, boisson, repas, animation, etc. certains TO européens proposent des séjour All Inclusive en Tunisie. Par exemple, si vous étiez un ressortissant français, il vous faut entre 700 et 800 euros pour venir passer une semaine en hôtel (****) à Djerba en All Inclusive (vol, hébergement, transport…).

Selon des spécialistes du domaine, la formule All Inclusive proposée par la plupart des hôtels tunisiens nuit à l’ensemble du tourisme tunisien, étant un secteur à effet d’entraînement sur d’autres secteurs économiques, tels que le transport, les communications, l’artisanat, le commerce…

En effet, pour ces touristes séduits par ces formules All Inclusive, le pouvoir d’achat sera très limité, leurs dépenses en dehors de l’hôtel d’hébergement, seront minimes. Selon un spécialiste du domaine, certains touristes passent tout leur séjour dans l’hôtel profitant simplement du soleil et de la mer, ce qui n’engendre pas cet effet d’entraînement sur les autres secteurs, notamment les restaurants, les commerces, l’artisanat…

Commentaires:

Commentez...