En prison à cause d’une photo : L’incroyable mésaventure de Nour Guidouz

Photo d’illustration | Crédit : Lostin Tunis.com

Nour Guidouz a comparu lundi devant le Tribunal de première instance de Tunis en état d’arrestation.

La jeune fille avait été appréhendée samedi au centre-ville de Tunis après une arrestation qualifiée de musclée par les témoins.

En effet, c’est toute une brigade qui, selon ces témoignages rapportés par nos collègues du Quotidien, a été mobilisée pour une affaire somme toute futile.

La jeune fille avait simplement pris une photo à la rue Lénine. Avec son smartphone, elle avait pris un cliché d’un graffiti dessiné sur les murs.

Seulement, un agent de la direction générale des prisons (qui se trouve à proximité dans une rue perpendiculaire) ne l’entendait pas de cette oreille.

Selon les témoins cités, il aurait intimé l’ordre à la jeune fille de lui remettre son smartphone, prétendant qu’il était interdit de photographier dans cette zone.

Comme la jeune fille ne s’est pas laissé intimider, l’agent a appelé du renfort à la rescousse et l’incident a dégénéré.

Nour Guidouz a été arrêtée pour ce motif et s’est retrouvée en cellule pour le week end.
Heureusement, la raison a fini par prévaloir lors de l’audience en flagrant délit de ce lundi.

En effet, le juge a vite fait de classer l’affaire et prononcer un non-lieu.

Faut-il parler d’excès de zèle des forces de l’ordre, d’injustice flagrante ou de jeune fille traumatisée ?

Difficile de se prononcer devant ce type d’acharnement policier qui, en règle générale, se déploie contre les personnes paisibles et inoffensives.

Car, les nids de délinquance sont bel et bien ailleurs, sur les avenues de Tunis où la police se contente de regarder sans intervenir avec autant de diligence.

Tout cela pour une simple photo ! Comme s’il n’y avait pas d’autres urgences et motifs d’intervention.

Triste de le dire: en Tunisie, en 2018, une photo peut vous coûter deux nuits en prison et une comparution immédiate devant un juge.

Sans commentaire…

Commentaires:

Commentez...