Ces urinoirs qui ont disparu !

A Tunis, à Paris et dans les grandes villes en Europe et ailleurs, il y avait ces petits coins pour les petits besoins naturels, les urinoirs, qui étaient d’un grand secours pour bon nombre de citoyens. Seulement, aujourd’hui, on en trouve de moins en moins s’ils n’ont pas tout simplement disparu.

C’est que ces espaces d’utilité publique provoquent des désagréments aussi, particulièrement au niveau de l’émanation de mauvaises odeurs s’ils ne sont pas bien entretenus.

C’est le cas, par exemple, des urinoirs au bord de la Seine, à Paris, que plus d’un juge leur emplacement inadéquat, faisant face à ce fleuve très fréquenté par les touristes à bord de belles péniches. Ceci a poussé les autorités municipales à penser à s’en débarrasser ou les transférer dans d’autres lieux.

Chez nous, à Tunis, il y avait bien ces urinoirs qui furent, malheureusement, détruits et jamais remplacés, poussant les citoyens à se «réfugier», pour ce besoin urgent dans les cafés dont les gérants n’apprécient pas ce genre d’intrusion, à moins qu’ils «casquent» le prix d’une consommation.

Le pire dans cette situation et comble de l’incivisme, c’est que le moindre coin dans les rues ou «angle mort» dans les bâtisses devient un « urinoir » où certains bipèdes, chez-nous, ne se gênent pas pour se soulager, salissant les lieux et les rendant, ainsi, insalubres avec une odeur insupportable.

B.A.
Tunis-Hendo du 10/09/2018

Commentaires:

Commentez...