Ne tirez pas sur le féminisme !

Tribune | Par Mohamed Habib Salamouna, professeur de français

Il est très inquiétant que l’injustice ne s’écrive plus désormais que victimisation. Les mêmes arguments pourraient justifier racisme et fanatisme.

S’il n’existe pas de nature féminine, le sexisme existe et le nier n’a aucun sens. Dénoncer les violences dont de nombreuses femmes sont les victimes n’est aucunement faire des femmes des êtres doux et angéliques par nature. Dire qu’il y a des hommes violents n’est aucunement culpabiliser les hommes en général.

C’est néanmoins le signe que l’égalité des sexes n’est aucunement une évidence acquise pour tous et toutes. Six femmes par mois meurent des suites de la brutalité conjugale, le nombre des viols est plus que jamais impressionnant, mais les chiffres, n’est-ce pas, disent n’importe quoi. Ces affaires sont à classer sans suite, à n’en pas douter.

Le racisme fait du noir son bouc émissaire, le noir n’en devient pas pour autant doux et angélique, mais personne ne peut contester qu’il est victime de préjugés qui portent atteinte à la dignité humaine. Le sexisme n’est pas plus supportable et les violences qu’il permet sont tout autant à combattre. Pour finir, je citerai Benoîte Groult : « Le féminisme n’a jamais tué personne, le machisme tue tous les jours. »

Commentaires: