Vulgarité, brutalité, indignités : L’autre Troika qui nous enfonce

Aurions-nous collectivement perdu le sens de la dignité ? Combien de temps allons-nous continuer à avaliser le délitement de nos valeurs les plus élémentaires ? Pourquoi l’éducation de la nouvelle génération n’est-elle qu’un pâle reflet de ce qu’elle devrait être ?

La révolution est passée par là, diriez-vous ! Mais cela n’explique rien. Au contraire, cela induit que tout tenait à peine à cause du bâton de la supposée défunte dictature.

Dans nos villes, dans nos vies, la vulgarité nous fait subir des assauts inédits et secoue lourdement les consciences. On parle vulgaire, on se comporte avec une brutalité qui, souvent, frôle le bestial et, pire encore, on se vautre dans une indignité absolue.

Ce triangle infernal est loin de se résorber et continue de conquérir des territoires au détriment de notre civilité perdue de vue. Chez nous, l’honneur rase les murs et la muflerie s’affiche, et c’est tout dire!

Bien sûr, un retour du pendule est toujours possible mais, devant la situation actuelle, ce n’est qu’une vue de l’esprit qui s’éloigne de jour en jour.

Serions-nous condamnés à continuer à subir, souvent en silence ? Comment sortir de cette terrible impasse morale ?

Commentaires:

Commentez...