Les monts Chaambi, Semama, Mghilla et Salloum déclarés « zones d’opérations militaires fermées »

Le mont Chaambi

L’accès aux monts Chaambi, Semama, Mghilla et Salloum a été interdit pour des raisons de sécurité. C’est ce qu’a annoncé le ministère de la Défense nationale, dans un communiqué, ce lundi 19 février 2018.

Cette interdiction a été décrétée afin d’éviter de nouveaux accidents et préserver les citoyens contre les risques d’explosion des mines plantées par les terroristes qui y sont retranchés.

Dernier accident en date, celui d’un berger qui a été blessé, vendredi 16 février, suite à l’explosion d’une mine dans la région « Faj Hassine » au mont Chaambi. La mine a explosé près de la zone militaire fermée et le berger a été blessé au niveau de sa jambe.

Selon le ministère de la Défense le nombre de victimes des mines antipersonnel a augmenté au cours de la dernière période d’où la décision de décréter ces hauteurs « zones d’opérations militaires fermées ».

Le ministère de la Défense rappelle aussi que des affrontements armés entre les unités de l’Armée nationale et des terroristes ont parfois lieu dans ces zones. Il s’agit des montagnes « Abdeladhim », « Douleb », « Khchem el Kalb », « Tam Smida », « Deriana », « Tayoucha », « Biriniou », « Lajred », « Kassar El Kallal » et « Ouergha ».

Commentaires:

Commentez...