Hezbollah et Israël : La guerre des hydrocarbures

Démarcations frontières maritimes et terrestres entre Liban et Israël

Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a affirmé vendredi 16 février 2018 pouvoir mettre hors d’usage en quelques heures les plateformes gazières offshore présentes au Liban.

Une déclaration vindicative lors de son intervention à Beyrouth devant ses partisans qui attendaient une position claire du Hezbollah à l’heure où Israël et l’Iran s’affrontent en Syrie pour le passage de gazoducs.

Mais il s’agit avant tout d’une réponse destinée aux Etats-Unis jouant le rôle d’intermédiaire dans le contentieux Israël-Liban qui se disputent une zone maritime riche en hydrocarbures.

Hassan Nasrallah ne conteste pas la souveraineté de l’Etat libanais, seul acteur dans les négociations israélo-libanaises concernant le bloc 9 de la zone économique exclusive du Liban en défendant l’Etat comme unique décideur des questions de l’ordre des frontières terrestres et maritimes.

Cependant, le Hezbollah conseille à l’Etat libanais de négocier avec une position de force que lui confère la présence de la « la Résistance », rapporte le correspondant de RFI.

Une médiation américaine où Israël revendique sa souveraineté sur une partie de cette zone qui est totalement contestée par le Liban et le Hezbollah.

Par ailleurs le rejet catégorique du Liban se trouverait ainsi appuyé par le Hezbollah « prêt à mettre hors d’usage les plateformes gazières offshore d’Israël ».

A noter qu’Israël réfute à son tour la proposition de médiation américaine présentant un partage du bloc 9 avec 2/3 au Liban et 1/3 à Israël conformément aux frontières, elles-mêmes contestées par les parties prenantes.

Sonia Falcou

Commentaires:

Commentez...