Moncef Marzouki évoque « un gouvernement parallèle »

Lors d’un meeting tenu hier, dimanche 3 décembre, le président du parti Harak Tounes Al Irada, Moncef Marzouki, a indiqué que l’année 2017 était celle de la « hausse des prix et absence de semences ».

Selon lui, ces trois dernières années ont été marquée par l’absence des réformes nécessaires. « La crise va s’aggraver au cours des deux prochaines années », a-t-il ajouté. « La Tunisie est confrontée à trois crises graves, la première étant politique entre les présidences de la république et du gouvernement, à propos des élections présidentielles de 2019”. Les deux autres crises étant économique et morale.

Gouvernement parallèle

« Le conseil de sécurité nationale est devenu un gouvernement parallèle chargé de couper l’herbe sous les pieds du chef du gouvernement, Youssef Chahed, pour l’empêcher de se pas se présenter aux présidentielles 2019 », a déclaré l’ancien président de la République.

Il a, enfin, appelé ses partisans et les partis démocratiques, à participer aux prochaines élections municipales qui, selon lui, représenteront la résolution des problèmes à travers la décentralisation.

Commentaires:

Commentez...