Tunisie : La production de phosphates de nouveau bloquée

Les protestations sociales et les pluies ont bloqué la production de phosphates. En effet, la production de la Compagnie de phosphate de Gafsa (CPG) s’est arrêtée depuis mardi dernier, en raison des protestations menées par des demandeurs d’emplois après l’annonce de la première tranche des recrutement des agents d’exécution de la société et les chutes de pluie enregistrées dans la région.

La ligne de chemins de fer endommagée

Les pluies qui ont concerné plusieurs zones du gouvernorat de Gafsa ont provoqué l’inondation d’oued Thalja et ont endommagé la ligne de chemin de fer qui assure le transport de phosphates de Redaif, Metlaoui et Om Laarayes, a affirmé la députée à l’ARP (Nida tounes) Asma Abou Hana lors d’une séance d’audition du ministre de l’Industrie, des mines, de l’énergie et des énergies renouvelables par la commission de l’énergie et de l’industrie de l’assemblée.

Selon l’Agence TAP, la députée a appelé à une répartition équitable des recrutements sociaux au sein de la Société de l’environnement et du jardinage de Gafsa notamment, entre les différentes délégations de ce gouvernorat.

1050 MD de pertes financières pour la CPG

Les pertes financières de Groupe chimique, de la CPG et la Société nationale des chemins de fer tunisiens (SNCFT) en raison de l’arrêt de la production, ont atteint respectivement, 1050 MD, 350 MD et 30MD, a affirmé de son côté le ministre Khaled Ben Gaddour.

Le ministre a appelé les députés à adopter le projet de loi d’urgence économique, faisant remarquer que la réalisation des projets d’exploitation des mines de phosphates à Sraouirtene (Le Kef), Tozeur et Nafta nécessite des fonds importants, précisant que l’exploitation de la seule mine de Sraouirtene nécessite la mobilisation de 3000 MD.

Le ministère oeuvre à porter la production de phosphates à 6,5 millions de tonnes à la fin de 2018 contre 4,5 millions de tonnes prévues en 2017, notant que la CPG dispose de moyens lui permettant de produire 8 millions de tonnes, soit la même quantité enregistrée en 2010.

Commentaires:

Commentez...