Michel Boujenah répond à ses détracteurs : « Mon amour pour la Tunisie est indéfectible »

CP : Franck Fernandes

Réagissant pour la première fois sur la polémique qui s’est déclenchée récemment autour de la programmation de son spectacle dans le cadre de la 53ème édition du festival de Carthage, l’humoriste de confession juive Michel Boujenah a accordé hier dimanche 9 juillet, une déclaration à Nice Matin.

« Mon amour pour la Tunisie est indéfectible et ceux qui me connaissent savent que je ne milite que pour la paix, depuis toujours ». C’est en ces termes que le comédien s’est exprimé.

« Dans une démocratie naissante, il est normal qu’il y ait débat et contradiction, mais là, ce n’est pas réellement ma personne qui est en jeu, et je trouve qu’on en fait beaucoup trop là-dessus » a-t-il encore expliqué.

« Ma position, c’est juste de soutenir le processus encore fragile de la Tunisie, car si une démocratie peut vivre dans un pays musulman, c’est fondamental pour tout le monde. Il faut protéger la Tunisie, ce pays a juste besoin d’argent pour soutenir son essor, ce n’est pas si difficile, mais les pays dominants ne se rendent pas comptent à quel point l’enjeu tunisien est fondamental pour l’avenir du monde », a-t-il poursuivi.

L’humoriste a dans ce sens confirmé la tenue de son spectacle indiquant que ce n’est pas son métier de parler « de tout ça ». « Moi, je suis un artiste, je ne suis qu’un clown, pas un homme politique ni un économiste » a-t-il conclu.

Le spectacle de l’humoriste franco-tunisien de confession juive fait toujours grand bruit. Les appels à l’annulation se poursuivent, contre ceux qui soutiennent Michel Boujenah.

Rappelons-le, sur sa page Facebook, le militant tunisien de la communauté juive de Djerba Elie Trabelsi, a indiqué avoir eu un entretien avec Boujenah, qui lui a assuré que « son amour pour la Tunisie est beaucoup plus grand que les campagnes de diffamation qui le visent ».

D’autre part, le bureau exécutif de l’UGTT a appelé mardi 4 juillet 2017 dans un communiqué à annuler le spectacle de Michel Boujenah programmé à la 53ème édition du festival international de Carthage.

« Cet appel n’est pas basé sur sa religion, mais sur ses positions qui soutiennent le sionisme et l’assassin Ariel Sharon. Cet artiste a même organisé des manifestations pour soutenir les politiques de l’entité sioniste » a-t-on communiqué.

Commentaires:

Commentez...