La condamnation des non-jeûneurs est « absurde », selon Amnesty International

L’ONG Amnesty International a considéré que les condamnations des Tunisiens à un mois de prison pour avoir mangé ou fumé en public pendant le ramadan sont « absurdes ».

Dans un communiqué rendu public, Amnesty considère que ces arrestations violent le principe de la liberté individuelle.

« Mettre quelqu’un en prison pour avoir fumé une cigarette ou pour avoir mangé en public est une violation absurde des libertés individuelles. Ne pas se conformer à des coutumes sociales et religieuses n’est pas un crime.

Les autorités tunisiennes ne devraient pas permettre que des accusations vaguement formulées soient utilisées pour imposer des jugements sévères sur des bases fallacieuses. Tout le monde devrait avoir le droit de suivre ses propres croyances en matière de religion et de moralité », a indiqué Heba Morayef, directrice de la recherche pour l’Afrique du Nord à Amnesty.

Dans une déclaration accordée à l’AFP, le Parquet de Bizerte a fait savoir que ce genre de condamnations n’est pas nouveau et qu’elles étaient prononcées chaque année. La seule différence c’est que cette fois elles sont médiatisées, ajoute la même source.

Rappelons que plusieurs personnes, notamment dans le gouvernorat de Bizerte, ont été condamnées à un mois de prison pour avoir fumé, ou mangé en public durant le mois de ramadan.

DA

Commentaires:

Commentez...