Appels au report des Municipales : Et si pour une fois, on agissait comme une vraie démocratie ?

Elections

Le secrétaire général du Mouvement pour la Tunisie, Mohsen Marzouk, a déclaré ce lundi 5 mai 2017 que le pays et l’Instance Supérieure Indépendante pour les élections ne sont pas entièrement prêts à tenir les municipales cette année.

Invité sur Shems fm, il a estimé que ces dernières devraient être reportées pour 4 ou cinq mois.

Marzouk a évoqué les déclarations du président démissionnaire de l’ISIE, Chafik Sarsar, indiquant qu’il faut les prendre au sérieux et traiter la « menace contre la démocratie » dont Sarsar avait parlé. « Il faut en parler avant la tenue des municipales », a-t-il ajouté.

Sommes-nous plus démocrates que les démocrates ?

Et dire que dans les vraies démocraties, la tenue des élections n’est pratiquement jamais repoussée, même en cas des plus grandes, plus menaçantes raisons qui existent.

En France, après l’apparition de l’affaire Fillon, plusieurs citoyens, même médias, ont estimé que les élections présidentielles seront reportées à une date ultérieure, jusqu’à clarification de l’implication ou pas du candidat suspecté. Sauf que les dates n’ont pas changé et les élections ont eu lieu sans aucun retard.

De même pour la Grande-Bretagne qui, avec la tragédie vécue dans la soirée du samedi 3 juin 2017, semble devant un choix difficile, mais pas vraiment.

Finalement, il a été annoncé qu’en dépit de la menace terroriste, les élections générales anticipées, prévues ce jeudi, ne seront pas reportées, même pas d’un jour.

« Les élections se dérouleront comme prévu. Jamais la violence ne doit être autorisée à perturber le processus démocratique », a déclaré Theresa May, Première ministre britannique.

Si la Tunisie veut se placer dans les rangs des Grands, et s’inscrire parmi les démocraties respectées dans le monde, il faudrait penser à faire la part des choses et à respecter l’une des bases de la démocratie : honorer les échéances et les dates. Les municipales devaient avoir lieu il y a beaucoup de temps, mais les reports se sont multipliés, et chaque fois on évoque une raison différente.

N’est-il pas temps de faire le choix : soit on est démocrate, soit on ne l’est pas ?

I.B.

 

Commentaires:

Commentez...