Pas d’accord visant la protection d’individus suspectés de corruption, insiste le gouvernement


La présidence du gouvernement a démenti, hier lundi 29 mai, tout accord partisan ou politique visant la protection d’individus suspectés de corruption en allusion aux informations relayées à ce sujet.

« Toute intervention au profit de ces individus ou des personnes arrêtées, récemment, dans le cadre de l’opération anticorruption, expose son auteur à des poursuites judiciaires », a indiqué à l’Agence TAP une source auprès de la présidence du gouvernement.

Des arrestations ont touché, depuis mardi dernier, plusieurs personnes suspectées de corruption, de contrebande et d’implication dans des réseaux de l’économie parallèle.

Des décisions d’assignation à résidence ont été prises à leur encontre sur la base “d’indications prouvant leur implication dans des infractions susceptibles de menacer dangereusement la sécurité et l’ordre public”, avait précisé, le ministère de l’Intérieur.

Notons que des informations, circulant depuis quelques jours, affirment que le gouvernement aurait subi des pressions de la part de plusieurs parties, pour assurer une protection des personnes arrêtées

Commentaires:

Commentez...