Les Italiens ne veulent plus du cadavre d’Anis Amri sur leur territoire

Plus de cent jours après la mort d’Anis Amri, auteur de l’attentat de Berlin, sa dépouille est toujours à Milan, chose qui commence à agacer les Italiens, notamment les politiciens.

Viviana Beccalossi, politicienne et députée au parlement Italien, a poussé un coup de gueule quant à la présence du cadavre d’Anis Amri sur le sol italien, à la morgue de Sesto San Giovanni.

« L’autopsie et les tests toxicologiques ont été menés il y a des semaines. Je ne sais pas si les enquêteurs ont encore besoin de plus de tests, mais je renouvelle l’appel au ministre de l’Intérieur, Marco Minniti et celui des Affaires étrangères Angelino Alfano pour trouver une solution à ce problème. L’Italie n’a pas à accueillir cette personne. Même pas en état de mort », a-t-elle déclaré.

Beccalossi a souligné l’importance du rapatriement immédiat du corps du terroriste Anis Amri, qu’elle a qualifié de « monstre ».

« Je le répète encore une fois: ce serait une blague macabre pour tous les Italiens, et surtout la famille de Fabrizia Di Lorenzo, qui a été tué dans l’attentat de Berlin, si notre gouvernement et la Ville de Sesto San Giovanni décident de prendre en charge les subséquents de la mort de ce terroriste. C’est le gouvernement tunisien qui doit payer la facture, pas nous », a conclu Viviana Beccalossi.

I.B.

Commentaires:

Commentez...