Les exactions coloniales au cœur d’une séance d’audition de l’Instance vérité et dignité

A l’occasion de la célébration du 61ème anniversaire de la fête de l’Indépendance, l’Instance Vérité et Dignité organisera demain, vendredi 24 mars 2017,  une séance d’audition publique axée sur les dépassements enregistrés durant la période de 1955 à 1956.

L’IVD a souligné l’importance de cette période durant laquelle l’activité du mouvement national tunisien a connu son pic et d’importants dépassements visant les Tunisiens ont eu lieu.

Afin de préparer cette séance et recueillir assez de témoignages, l’Instance avait annoncé en févier le lancement d’enquêtes à Tataouine.

« Les souffrances coloniales endurées par les habitants de Tataouine seront exposées le 24 mars prochain en séance d’audition publique. Les prérogatives de l’IVD ne permettent certes pas de faire le bilan des crimes de la colonisation depuis l’instauration du protectorat.

La frontière entre le moment historique de l’occupation coloniale et celui de l’indépendance, appelée improprement post-colonial, n’est cependant pas étanche, loin de là. La condamnation des interventions militaires et policières françaises en Tunisie aux lendemains du 20 mars 1956 – quand bien même elles ont été l’objet d’accords plus ou moins secrets avec les nouvelles autorités tunisiennes – et l’exigence de réparations, devraient constituer une sorte de préliminaire à ce que l’ensemble de la politique coloniale française soit mise au banc des accusés », a indiqué l’IVD.

Commentaires:

Commentez...