Slim Chiboub reste en prison… en attendant le 18 janvier 2016

Slim Chiboub
Slim Chiboub

Slim Chiboub, gendre de Ben Ali, restera en détention, a décidé la Cour de Cassation de Tunis. En effet,, celle-ci a confirmé la décision de la chambre d’accusation auprès de la cour d’appel, de maintenir Slim Chiboub en détention, dans le cadre de l’affaire de la société d’électricité de Radès, rapporte Mosaique FM.

Rappelons qu’en septembre, la chambre d’accusation auprès de la cour d’appel de Tunis a rejeté une nouvelle demande de mise en liberté de Slim Chiboub. Suite au rejet de cette demande, Slim Chiboub s’est exprimé à travers un de ses avocats, Maître Fethi Mouldi, annonçant notamment qu’il était prêt à transférer en faveur du Trésor public la somme de 10 millions de dinars, actuellement en dépôt sur son compte bancaire en Suisse.

Slim Chiboub est accusé d’abus de pouvoir dans le cadre de l’affaire de la société d’électricité de Radès. Rappelons également que la chambre d’accusation de la cour d’appel de Tunis avait déjà rejeté le 15 juillet dernier, la demande de libération de Slim Chiboub, dans cette même affaire.

En attendant le 18 janvier 2016

Notons enfin qu’un juge d’instruction relevant du pôle judiciaire et financier avait dans un premier lieu, accepté la demande du comité de défense, de libérer Slim Chiboub sous caution et que le parquet avait fait appel de cette décision.

Selon Fethi Mouldi, un des avocats de Slim Chiboub, cette affaire, serait devenue juridico-politique. « Le parquet a fait appel et la Chambre d’accusation a cassé la décision de la mise en liberté, à notre grande surprise, et donc Slim Chiboub a du rester en état de détention », avait expliqué l’avocat.

Mais selon Me Fethi Mouldi, Slim Chiboub (qui a passé 13 mois en détention – depuis le jour de son arrestation à son arrivée en Tunisie le 18 novembre 2014), sera légalement remis en état de liberté provisoire au bout de 14 mois de détention, c’est-à-dire le 18 janvier 2016 sans aucune contrepartie financière, tient à préciser l’avocat.

A.B.

Commentaires:

Commentez...