UGTT : Retour aux grèves à partir du 19 novembre

Ugtt grèveLe bureau exécutif élargi de l’UGTT et le groupement du secteur privé, ont décidé ce jeudi 12 novembre 2015, une série de grèves régionales dans le secteur privé. Ces grèves régionales dans le secteur privé auront lieu dans toutes les régions du pays en commençant par Sfax.

  • 19 novembre : Sfax
  • 25 novembre: Grand-Tunis
  • 26 novembre : Nabeul, Zaghouan, Sousse, Monastir et Mahdia
  • 27 novembre : Bizerte, Béja, Jendouba et le Kef
  • 30 novembre : Siliana, Kairouan, Sidi Bouzid et Kasserine
  • 1er décembre : Médenine, Gabès, Tataouine, Tozeur, Gafsa et Kébili

Ces grèves ont été décidées après le blocage des négociations avec l’UTICA et l’absence de propositions jugées sérieuses par l’UGTT et de l’inaction du patronat.

Après avoir tenté, à maintes reprises, lors d’une séance de négociations, de trouver un terrain d’entente concernant les augmentations salariales dans le secteur privé, l’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT) et l’Union Tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (UTICA) ces négociations ont échoué.

L’UTICA a recommandé une augmentation des salaires dans le secteur privé se situant aux alentours du taux d’inflation (4,8%), alors que l’UGTT suggère une hausse de 15%.

L’organisation patronale propose une augmentation par des taux forfaitaires, dans la limite de 70 dinars pour les agents d’exécution, 80 dinars pour les agents de maîtrise et 90 dinars pour les cadres.

En effet, certains secteurs étant, selon l’UTICA, dans l’incapacité de satisfaire ces augmentations forfaitaires, il est nécessaire de fixer des augmentations qui tiennent compte du pouvoir d’achat de l’employé mais aussi de la situation financière des entreprises.

L’UGTT s’était dite prête, le 9 novembre, à entamer une série de mouvements de protestations et des grèves à travers tout le pays si les négociations avec l’UTICA restent au point mort.

Houcine Abbassi a également accusé le gouvernement d’être en partie responsable de cet échec parce qu’en tant que partie impliquée, il aurait pu mettre plus de pression sur l’UTICA.

M.C.

Commentaires:

Commentez...