Colles à l’école (Aux parents désabusés)

TRIBUNE | Par Adel Lahmar, enseignant

Les animaux de la forêt, réunis en assemblée extraordinaire pour discuter des problèmes de l’enseignement dans leur royaume, décidèrent d’un commun accord de créer une école pilote où seront obligatoirement enseignés la course, le vol, la natation et l’art de grimper aux arbres.

Ils croyaient, de la sorte, résoudre la crise de l’enseignement chez eux, mais ils durent déchanter très vite, l’expérience ayant tout de suite montré toutes ses limites. En effet, les taux d’échec s’avérèrent fort élevés, alors que les élèves avaient tout pour être des génies.

Ainsi, par exemple, le canard, qui était un as de la natation, n’arriva jamais à avoir de bonnes notes dans les autres matières. Prié de faire des cours de rattrapage pour s’améliorer dans la course et l’art de grimper aux arbres (alors que ses camarades pataugeaient dans la piscine de l’école), il s’abîma les pattes et ne parvint que difficilement à arracher sa moyenne en natation, le jour de l’examen.

De son côté, l’écureuil était le meilleur grimpeur aux arbres de l’école, mais n’avait aucun penchant pour le vol, la nature ne l’ayant pas spécialement « équipé » pour ce genre d’exercice.

Contraint, malgré ce handicap, de redoubler d’efforts en matière de vol, il attrapa une dépression nerveuse et eut, le jour de l’examen, de mauvaises notes aussi bien dans sa matière préférée que dans celle qui causa son malheur.

Quant au lapin, il était le champion de l’école dans toutes les épreuves de course, mais ne pouvait supporter, en aucune sorte, les cours de natation. Les heures supplémentaires qu’il dut passer dans la piscine, pour améliorer ses notes en natation, le dégoûtèrent des études au point qu’il décida de quitter définitivement l’école, qui, d’ailleurs, ne s’aperçut nullement qu’elle avait perdu un grand champion en athlétisme.

L’histoire de l’aigle avec l’école pilote était différente. Cet élève têtu et hautain avait sa propre méthode pour voler dans les airs et il tenait à l’appliquer, malgré les consignes contraires de ses professeurs. Traduit maintes fois devant le conseil de discipline, il fut finalement jugé irrécupérable et mis à la porte de l’école.

Ne parlons pas de la taupe et du blaireau qui ne trouvèrent dans les programmes de l’école aucune matière répondant à leurs dispositions naturelles. Leurs parents décidèrent alors de créer une école libre qui apprendra à leurs petits l’art de creuser des galeries souterraines, entre autres matières adaptées aux dons et aux possibilités de chaque élève.

La nouvelle école eut un si grand succès auprès des animaux de la forêt qu’ils préférèrent retirer leurs petits de l’école pilote et les inscrire chez la taupe et le blaireau.

Commentaires:

Commentez...