Le refus de libérer Walid Klib de Fajr Libya serait-il à l’origine de l’enlèvement des dix Tunisiens en Libye ?

Armee libyenneUn groupe armé a envahi, vendredi 12 juin, le consulat de Tunisie à Tripoli, en Libye, et a enlevé dix employés tunisiens.

Bien que les kidnappeurs n’aient pas encore été officiellement identifiés, tout porte à croire qu’il s’agit d’une milice de Fajr Libya.

La même milice qui avait détenu 254 Tunisiens en représailles, en mai dernier, suite à l’arrestation à l’aéroport de Tunis-Carthage de l’un de leurs dirigeants, Walid Klib, comme l’a indiqué le journal Le Monde.

Walid Klib est accusé entre autres de diriger des camps en Libye visant à enlever et détenir des otages, dont bien sûr, des Tunisiens. l’Etat tunisien avait réussi à obtenir la libération des otages après plusieurs jours de négociations.

Hier, jeudi 11 juin, la chambre d’accusation auprès de la cour d’appel de Tunis a rejeté la demande de libération de Walid Klib, Et ce matin, dix Tunisiens ont été enlevés.

Selon, Le Monde, « il est fort probable que la milice ayant enlevé les dix Tunisiens du consulat et celle ayant coordonné les arrestations de mai soit la même ».

L’opération d’aujourd’hui serait-elle donc la conséquence directe du verdit de la chambre d’accusation de maintenir Klib en prison ?

Rappelons que depuis la chute du régime de Kadhafi, en 2011, deux gouvernements se disputent le contrôle du pays. L’un, reconnu par la communauté internationale, installé à Tobrouk, dirige l’est du pays tandis que l’autre, (Fajr Libya), reconnu par la Tunisie, contrôle Tripoli.

Rappelons aussi que Rached Ghannouchi, président d’Ennahdha,  a déclaré sur les ondes de Mosaïque FM que «ce qui nous sépare de Daech sur les frontières tunisiennes, est Fajr Libya, c’est notre première ligne de défense, d’où la nécessité de revoir ce sujet pour déterminer notre allié et notre ennemi».

Sous-entendait-il qu’il fallait nous assouplir davantage avec eux afin de garantir notre sécurité ?

Commentaires: