Petites histoires sur l’interdiction de fumer en Tunisie

Photo : Amira Yahyaoui
Photo : Amira Yahyaoui
TRIBUNE | Par Amira Yahyaoui

Il y a quelques mois, après l’obligation d’interdiction de fumer a l’aéroport Tunis-Carthage, je faisais la queue pour enregistrer mes bagages.

Dans un des bureaux où stewards et hôtesses et agents d’aéroports travaillent, tout le monde fumait. Puis l’un d’eux, clope au bec sort se balader dans l’espace public de l’aéroport.

Je lui fais la remarque, il me répond de manière hyper agressive et bien évidement touché dans son orgueil continue de fumer.

Ce jour-là à l’aéroport tout les usagers de l’aéroport respectaient l’interdiction de fumer sauf les fonctionnaires.

Une autre fois, au bureau de la relation avec le citoyen au Ministère de l’Interieur, l’agent d’accueil du bureau, clope au bec fumait tranquillement sous la petite pancarte « interdit de fumer ». Je fais une remarque, pareil, réaction hyper agressive, et m’a dit « tant que toi tu ne fumes pas Ca va »
Bien évidemment dans la salle d’attente, tous les citoyens respectaient l’interdiction de fumer, sauf les fonctionnaires.

L’année dernière, réunion avec un ministre, dans son bureau, l’air était irrespirable … Au bout de cinq minutes, il commence à fumer, fumer, fumer. Nous étions 3 dont 2 fumeurs, aucun d’entre eux n’a osé sortir une clope, sauf le Ministre.

Le jour de la signature de la constitution, beaucoup beaucoup de gens sont venus pour la première fois au parlement assister à ce jour historique. Des plaques avec « interdit de fumer » étaient collées partout, bien évidemment tous ces nouveaux visiteurs ont respecté l’interdiction de fumer, certains députés, quant à eux, jetaient leurs mégots par terre dans les couloirs.

Chacun d’entre vous a déjà été dans un établissement de l’état, que ça soit mairie, lycée, ministères, etc et a constaté que les citoyens respectent ce que ceux qui sont supposés maintenir l’ordre et l’état violent.
Et par la petite crise du premier ministre que personnellement je trouve excellente, chacun d’entre nous devrait taper une crise et ne jamais se taire devant ces dépassements.

Commentaires: