Historique : Première conférence de presse de l’ Instance Vérité et Dignité en Tunisie

L’Instance Vérité et Dignité (IVD) a organisé, ce mercredi 10 décembre, sa première conférence de presse, en cette journée internationale des Droits de l’Homme.

Lors de la présentation, la présidente Sihem Ben Sedrine a d’abord déclaré que « l’Instance Vérité et Dignité tunisienne est la 42ème dans le monde ».

[quote_box_center] »Nous avons travaillé durant six mois, jour et nuit. Nos travaux étaient préparatoires, notamment en ce qui concerne l’article 56 de la loi régissant l’instance », a déclaré Zouheir Makhlouf, vice-président de l’instance.[/quote_box_center]

 

L’Instance Vérité et Dignité a été lancée officiellement le 9 juin 2014. Elle n’a pu avoir son siège, situé à Tunis, que trois mois plus tard.

Local IVD WEBDO.tn
Local IVD WEBDO.tn

Elle sera chargée de recenser et d’indemniser les victimes des abus des régimes de Ben Ali et Bourguiba durant la période comprise entre le 1er juillet 1955 jusqu’au 24 décembre 2013, et est composée actuellement de 13 membres. Elle est chargée de mener à bien le processus de la justice transitionnelle en Tunisie.

L’IVD avait d’ailleurs annoncé au début du mois que les citoyen tunisiens pourront commencer à envoyer « tous les dossiers, pétitions, plaintes et offres de réconciliation » à l’instance dès le 15 décembre 2014 et ce jusqu’au 14 décembre 2015, selon l’article 40 de la loi sur la justice transitionnelle, adoptée le 14 décembre 2013.

Les membres

  • Sihem Ben Sedrine, présidente de l’Instance
  • Zouheir Makhlouf, vice-président
  • Mohamed Salah Ben Salem
  • Mohamed Ayadi
  • Alaa Ben Nejma
  • Mustapha Baâzaoui
  • Ali Ghrab
  • Slaheddine Rached
  • Adel Maïzi
  • Hayet Ouertani
  • Khaled Krichi
  • Ibtihel Abdellatif
  • Lilia Brik Bouguerra, absente aujourd’hui lors de la conférence

Khémais Chammari, Azzouz Chawali et Noura Boursali ont entre temps démissionné de l’instance.

Commentaires: