Frikha au peuple tunisien : « Voilà pourquoi je me porte candidat à la présidence ! »

Mohamed FrikhaInvité sur le plateau de Nessma News, diffusé ce mardi soir 4 novembre sur Nessma TV, le candidat à la présidentielle du 23 novembre 2014, Mohamed Frikha, a parlé des motivations de sa candidature à la présidence de la République.

« Je suis indigné par la ruée des personnalités dprée l’ancien régime qui avaient fait allégeance à Ben Ali, vers les devants de la scène politique post-révolutionnaire », a-t-il regretté.

« Aujourd’hui, le pays vit une situation catastrophique. Certains ont travaillé avec Ben Ali et sont responsables du blocage actuel. Le devoir national m’impose de les tenir pour responsables de cette situation », a poursuivi Frikha.

« Vous savez, quand j’ai vu des vieux barons de l’ancien régime se présenter à l’élection présidentielle, j’ai pris alors solennellement la décision de m’engager dans la course à la présidence pour défendre les intérêts des Tunisiens », a-t-il rappelé.

Par ailleurs, il a parlé des prérogatives du président de la République qui sont limitées, mais, dit-il, qui lui permettent la mise en place de mécanismes et de programmes efficaces capables de relever les défis, aux niveaux sécuritaire, économique et social, par le fait qu’il préside le conseil des ministres et l’exécutif.

Il a, en outre, considéré que le scénario de l’hégémonie de l’une des parties politiques après les élections et le cumul des pouvoirs est difficile à se reproduire en Tunisie, parce que, selon lui, le peuple tunisien a déjà fait l’expérience du parti unique et de la dictature dont il avait souffert, avant la révolution, de même qu’il avait testé la faiblesse du rendement politique et économique de la gouvernance après la révolution.

« Cette prochaine étape requiert une union nationale mais aussi la restauration de la fierté d’appartenir à la Tunisie. Cette fierté qu’on a eue après la révolution et qui a finit par être oubliée avec tout ce qui s’est passé par la suite. Le président devra mobiliser les Tunisiens autour de ce projet et leur redonner espoir », a déclaré Frikha.

Mohamed Frikha a enfin présenté les grandes lignes de son programme électoral, citant « l’emploi des jeunes et le développement de la qualité de vie des Tunisiens », et insistant sur les forces de sécurité et l’armée : « Il faut miser sur la qualité et les technologies pour avoir une armée solide. Sans armée forte, c’est notre souveraineté qui est en jeu et cela peut compromettre la réalisation de tous ces projets. Concernant les forces de l’ordre, il faut mettre en place une agence de renseignements centrale et il faut aussi investir dans les équipements nécessaires. »

Abdelhamid Ferchichi

Commentaires:

Commentez...